Edouard Philippe rétière sa confiance en Richard Ferrand, soupçonné de montage immobilier

Edouard Philippe rétière sa confiance en Richard Ferrand, soupçonné de montage immobilier© Stéphane de Sakutin / AFP
Le ministre Richard Ferrand est au cœur d'une polémique

Le Premier ministre a assuré que l'élection législative ferait servirait de «juge de paix» pour le ministre de la Cohésion des territoires. On lui reproche d'avoir engagé son fils comme attaché parlementaire et d'avoir fait un montage immobilier.

«Il n'y a pas de procédure juridictionnelle en cours, il n'y a donc pas une affaire, il y a un débat [...] Et les électeurs de la circonscription dans laquelle Richard Ferrand se présente pourront dans deux semaines [le 11 juin] dire si, comme moi, ils ont confiance en Richard Ferrand, et ce sera le juge de paix, celui que personne ne peut dépasser en démocratie», a déclaré Edouard Philippe en déplacement à Paris, au micro de BFMTV.

Candidat à sa propre succession en Centre-Bretagne dans le cadre des législatives, le ministre de la Cohésion des territoires nommé par Emmanuel Macron a récemment fait parler de lui en raison de deux affaires présumées.

D'une part, Le Canard enchaîné du 24 mai a révélé que Richard Ferrand aurait effectué un montage immobilier, lorsqu'il était directeur général des Mutuelles de Bretagne en 2011, pour favoriser la société de son épouse dans la location de bureaux.

D'autre part, le ministre a embauché son fils en tant qu'attaché parlementaire entre janvier et mai 2014, pour une somme avoisinant les 7 000 euros nets. S'il a confirmé les faits, le cabinet de Richard Ferrand a vivement démenti les soupçons d'emplois fictifs exprimés par certains après la révélation.

«Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne [...] Ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet», avait expliqué le cabinet à France Info. Une déclaration qui n'avait pas réellement calmé la polémique.

Lire aussi : En pleine polémique sur son affaire immobilière, Richard Ferrand exclut de démissionner

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»