Deux chauffeurs de taxi en garde à vue après l'agression d'un passager Uberpop à Lyon

Incidents lors des manifestations des chauffeurs de taxis© Christian HartmannSource: Reuters
Incidents lors des manifestations des chauffeurs de taxis

Deux chauffeurs de taxi ont été placés en garde à vue pour avoir tabassé un jeune homme à Lyon. Ils reprochaient à ce dernier ses compliments à l'égard du service Uberpop contre qui ils mènent une véritable guerre depuis plusieurs mois.

Une source policière confirmant une information de Lyonmag.com a annoncé aujourd'hui le placement en garde à vue de 2 chauffeurs de taxi soupçonnées d'avoir violenté un homme de 26 ans dont la photo choquante du visage couvert d'ecchymoses avait fait le tour du web en quelques heures. 

L'agression a eu lieue dans la nuit du 20 au 21 juin en plein centre-ville de Lyon, en pleine période de conflit houleux et violent entre les chauffeurs de taxi et les conducteurs du service UberPOP qui continue d'exister malgré son interdiction par un arrêté préfectoral. 

Les deux hommes ont tabassé le jeune homme dans le quartier Confluence aux environs de 02H30. Alors que les deux chauffeurs de taxi venaient de refuser de le prendre comme client, l'homme a crié qu'il ferait appel au service Uberpop. Cette phrase provoqua la rage des deux chauffeurs qui sortirent de leur véhicule pour le rouer de coups.

L'agression fut d'une vraie violence puisque la police a confirmé que le jeune homme avait reçu une incapacité temporaire de travail (ITT) de 21 jours. Les avocats de la victime avaient lancé un appel pour retrouver d'éventuels témoins de la scène afin que ceux-ci puissent témoigner au commissariat de police.

En tout, trois hommes ont été entendus par les policiers. Ironie du sort, leur audition s'est déroulé le 25 juin, en pleine journée de mobilisation nationale des taxis contre Uberpop. 

En savoir plus : Mobilisation des taxis contre UberPop : l'Etat appelle au calme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales