A Strasbourg, nouvelle déconvenue judiciaire pour les électeurs radiés des listes

- Avec AFP

A Strasbourg, nouvelle déconvenue judiciaire pour les électeurs radiés des listes© Eric Gaillard Source: Reuters

La plupart des électeurs strasbourgeois radiés des listes électorales à leur insu pour avoir omis de signaler leur changement d'adresse n'ont pas pu voter, le 7 mai, la justice ayant rejeté leurs recours.

«La juge de permanence au tribunal d'instance a fait une lecture restrictive des textes : elle a considéré qu'il revenait aux gens de signaler leur changement d'adresse à la mairie, et a donc rejeté la plupart des recours», a expliqué à l'AFP l'avocat des requérants, François Stehly.

«Je suis dégoûtée. J'ai vraiment le sentiment que la ville nous a privés de notre droit légitime de voter», a commenté Mélanie Cossin, qui fait partie des électeurs déboutés. «Ce dimanche soir [7 mai], je suivrai les résultats avec amertume», a ajouté cette enseignante de 35 ans, radiée pour avoir omis de signaler son changement d'adresse remontant à 2005 ce qui ne l'avait pas empêchée, jusqu'à présent, de continuer à voter dans le même bureau de vote, jusqu'en 2015.

Selon la mairie, qui souligne qu'elle se base sur des chiffres approximatifs, de 1 200 à 1 400 personnes se seraient ainsi vu refuser l'accès à l'isoloir lors du premier tour. Ce n'est qu'à cette occasion qu'elles ont appris qu'elles avaient été radiées des listes. Seules quelques centaines ont intenté un recours en justice.

Le 6 mai, ces «radiés» avaient repris espoir lorsque la Cour de cassation avait estimé que les radiations des listes électorales pouvaient être contestées jusqu'à la date du scrutin.

Le tribunal d'instance, qui jusqu'à présent s'était appuyé sur un problème de date pour rejeter les recours, a donc dû se pencher à nouveau le 7 mai sur plusieurs dizaines de requêtes. Mais cela ne l'a pas empêché de les rejeter à nouveau, cette fois sur le fond.

Selon François Stehly, environ 200 personnes ont ainsi tenté d'obtenir, grâce à la justice, le droit d'être réintégrées sur les listes, et de pouvoir voter malgré tout au second tour de l'élection présidentielle. Seules 20 à 30 d'entre elles auraient eu gain de cause ces derniers jours, a précisé l'avocat.

Pour justifier les radiations, la municipalité a expliqué qu'elle avait n'avait fait qu'appliquer les textes. Au total, quelque 16 000 personnes n'habitant plus à l'adresse sous laquelle elles s'étaient inscrites avaient ainsi été radiées. 

Un millier d'entre elles s'étaient cependant réinscrites sur la liste, en justifiant de leur adresse actuelle, avant la date limite du 31 décembre 2016. 

François Stehly compte saisir à nouveau la Cour de cassation, pour obtenir une décision portant cette fois sur la validité des radiations proprement dites. «Une décision favorable pourrait permettre aux radiés de voter au moins aux législatives», a-t-il fait valoir.

Lire aussi : Des électeurs signalent des enveloppes contenant déjà des bulletins pour Macron et Fillon

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.