Le FN annonce qu'un hacker a été arrêté après avoir lancé plusieurs attaques contre son site

Le FN annonce qu'un hacker a été arrêté après avoir lancé plusieurs attaques contre son site Source: AFP
Marine Le Pen sur son ordinateur en 2010

Dans un communiqué, le FN révèle que son site internet a fait l'objet d'attaques «régulières et ciblées» depuis le début de la campagne, donnant lieu à une plainte de sa part. Dans le cadre d'une enquête de police, un individu aurait été arrêté.

Dans un communiqué de presse du Front national ce 4 mai, David Rachline, directeur de campagne de Marine Le Pen, annonce qu'un pirate français «proche des milieux d'extrême-gauche» aurait été arrêté quelques jours plus tôt après avoir lancé plusieurs attaques contre son site internet.

«Après investigation, les services spécialisés ont interpellé cette semaine, sur le sol français, un premier pirate, proche des milieux d'extrême-gauche, qui a confirmé être l'auteur de plusieurs attaques contre notre site internet de campagne», annonce David Rachline. Il précise par ailleurs que «son matériel informatique a été saisi».

Le Front national révèle par ailleurs que, «tout au long de la campagne présidentielle, et plus particulièrement depuis le début de l'année 2017», son site internet a fait l'objet d'attaques «régulières et ciblées», ce qui l'avait poussé à déposer une plainte. Il précise également que chacune de ces tentatives a été contrée.

Début février, c'est l'équipe d'Emmanuel Macron qui avait dit faire l'objet d'attaques informatiques, allant jusqu'à suggérer que Moscou en serait responsable. Le secrétaire général d'En Marche!, Richard Ferrand, avait laissé entendre que la Russie travaillait à l'échec de son candidat. «Je dis qu'il y a [...] des centaines, voire des milliers, d'attaques sur notre système numérique, sur notre base de données, sur nos sites. Et comme par hasard cela vient des frontières russes», avait-t-il déclaré sur France 2, sans néanmoins fournir de preuves de son assertion. 

Lire aussi : En Marche! aurait été la cible d'attaques russes... selon une société japonaise de cybersécurité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.