Trois lycéens engagés contre le FN mis en examen pour avoir fabriqué des bouteilles explosives

Trois lycéens engagés contre le FN mis en examen pour avoir fabriqué des bouteilles explosives© Lionel BONAVENTURE Source: AFP
Image d'illustration

Des lycéens se sont filmés en train de confectionner une banderole anti-FN et montrant une bouteille pleine d'acide chlorhydrique, puis ont diffusé leur vidéo sur Snapchat. La police a trouvé une dizaine de bouteilles explosives à leur domicile.

Trois adolescents scolarisés à Chelles (Seine-et-Marne) ont été interpellés le 27 avril. Deux d'entre eux avaient exhibé, dans un vidéo diffusée sur le réseau social Snapchat, une banderole anti-Front national ainsi qu'une bouteille contenant de l'acide chlorhydrique et de l'aluminium, rapporte Le Parisien le 2 mai. 

Ayant pris connaissance de cette vidéo, le personnel scolaire a alerté les autorités qui ont rapidement identifié les adolescents et se sont rendues à leurs domiciles. Dans le jardin où les images semblent avoir été tournées, les forces de l'ordre ont retrouvé une bouteille en plastique contenant de l'acide chlorhydrique et deux autres bouteilles dont l'une contenait des feuilles d'aluminium fondues dégageant une forte odeur d'acide, précise le quotidien francilien – des éléments dont le mélange produit de l'hydrogène et fait exploser la bouteille en plastique sous pression.

Les lycéens auraient testé leur bouteille explosive dans ce jardin, ajoute Le Parisien, qui rapporte que le voisinage a entendu des détonations la veille de leur arrestation.

Un des deux lycéens a été interpellé à la gare de Vaires-sur-Marne en compagnie d'un autre adolescent de 17 ans. Le deuxième suspect de la vidéo s'est quant à lui rendu de lui-même au commissariat de Chelles. Les enquêteurs ont retrouvé à son domicile pas moins de 16 bouteilles d'acide prêtes à l'emploi.

Placés en garde à vue, les trois mineurs reconnaissent avoir fabriqué les engins, mais nient avoir voulu en faire usage. Ils seront présentés à un juge des enfants le 15 juin prochain, en vue de leur mise en examen pour «participation à un groupement en vue de violences, de dégradations ou de destructions et pour fabrication d'engins explosifs ou incendiaires non autorisés».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.