Silence de Mélenchon, affront de Dupont-Aignan : mauvaise journée pour Emmanuel Macron

Silence de Mélenchon, affront de Dupont-Aignan : mauvaise journée pour Emmanuel Macron© Martin Bureau Source: Reuters
Emmanuel Macron

Le candidat à l'élection présidentielle s'est recueilli au village martyr d'Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), avant de donner un meeting à Châtellerault (Vienne), au cours d'une journée où les événements ne lui auront pas toujours été favorables.

En meeting à Châtellerault le 28 avril, Emmanuel Macron n’a pas eu de mots assez durs pour commenter le refus de Jean-Luc Mélenchon de donner des consignes de votes à ses électeurs, alors que la quasi-totalité de la sphère politique appelle à faire barrage au Front national.

«Nous avons de nombreux désaccords que j'ai toujours assumés [...] Mais nous partageons une chose, c'est d'être attachés [à] pouvoir débattre de ces désaccords dans un cadre républicain […] C'est une différence avec le Front national et il l'a oublié ! C'est une faute grave, lourde !», a martelé le candidat, qui s'était rendu dans l'après-midi à Oradour-sur-Glane pour rendre hommage à 642 villageois tués en 1944 par des nazis.

«Sa deuxième faute, c'est de trahir les siens [...] La plupart d'entre eux se sont battus, ont payé, pour lutter contre les extrémismes», a poursuivi Emmanuel Macron sur le même ton.

Un peu plus tôt, à Montmorillon, l’adversaire de Marine Le Pen avait jugé que les électeurs ayant voté pour Jean-Luc Mélenchon lors du premier tour méritaient «mieux que ses cabotinages» et que le candidat était «toujours dans l’invective».

Avant que Jean-Luc Mélenchon n'annonce qu'il ne donnerait pas de consignes de vote pour le second tour, Marine Le Pen s'était adressé aux électeurs de ce dernier, les exhortant à «faire barrage» à Emmanuel Macron.

«Son projet est aux antipodes de celui que [les électeurs de La France insoumise] ont soutenu durant la campagne de premier tour. Il ne représente pas le changement, il est la continuité, voir l’aggravation du quinquennat de François Hollande», déclarait-elle dans une vidéo publiée sur Twitter.

Nicolas Dupont-Aignan rallie Marine Le Pen

Tandis qu'Emmanuel Macron donnait son meeting sur les terres industrielles de la Vienne, où prospère le Front national, sa rivale s'entretenait avec Nicolas Dupont-Aignan. 

Et les discussions ont été fructueuses, puisque le président du parti Debout La France, arrivé 6e au premier tour de l'élection présidentielle, a annoncé lors du 20h de France 2 qu'il soutiendrait Marine Le Pen et ferait campagne avec elle, évoquant un «accord de gouvernement».

Il s'agit du premier candidat éliminé à apporter sans détours son soutien à Marine Le Pen, alors que François Fillon et Benoît Hamon ont appelé à voter pour le candidat du mouvement En Marche!

Selon un sondage Ifop-Fiducial publié le 26 avril, Emmanuel Macron est crédité de 60,5% des intentions de vote, contre 39,5% pour Marine Le Pen, au second tour de l’élection présidentielle.

Lire aussi : Duel Macron-Le Pen : pourquoi 2017 n'est vraiment pas 2002

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales