Le site Rue du Commerce met en vente un costume «d'enfant déporté» avant de faire marche arrière

- Avec AFP

Le site Rue du Commerce met en vente un costume «d'enfant déporté» avant de faire marche arrière© Capture d'écran Twitter
L'un des costumes controversé mis en vente par la marque

Rue du Commerce, filiale du groupe Carrefour, a retiré un costume présenté à la vente comme celui d'un «enfant déporté» à la suite d'une «erreur de traduction». L'annonce commerciale avait suscité l'indignation des internautes.

Le site Rue du Commerce a provqué un scandale en mettant en vente un costume d'écolier gris, présenté comme une «tenue d'enfant déporté, deuxième guerre mondiale». Le produit était vendu par la boutique «happyfete», site spécialisé dans la vente de déguisement, au prix de 30 euros.

Lire aussi : Australie : un élève déguisé en Hitler reçoit le prix du meilleur costume devant des enfants juifs

Le site de vente en ligne, qui commercialisait ce produit via un espace du site accueillant les produits de vendeurs tiers, a par ailleurs présenté ses excuses sur son compte Twitter, indiquant qu'il «condamn[ait] fermement la mise en vente de ces costumes».

«Il s'agissait d'une erreur de traduction de la part d'un de nos fournisseurs. Nous avons immédiatement retiré ce produit de la vente dès que nous en avons eu connaissance, en milieu de matinée», a expliqué à l'AFP une porte-parole de Rue du Commerce.


«Un audit des procédures de mise en ligne vient d'être diligenté, pour s'assurer que ceci ne se reproduise plus», a ajouté le groupe.

La publication de cette annonce avait provoqué plusieurs réactions d'indignation sur les réseaux sociaux le 25 avril, en particulier sur Twitter.

«N'ont-ils pas honte ? Scandaleux et dangereux», a par exemple tweeté la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme).

Lire aussi : Au Japon, un girls band crée la polémique en se déguisant en nazis pour Halloween

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales