Nantes : les éboueurs en grève déversent des poubelles devant la mairie (IMAGES)

- Avec AFP

Nantes : les éboueurs en grève déversent des poubelles devant la mairie (IMAGES)© Capture d'écran du compte Twitter @MarionLpz
Un éboueur devant la mairie de Nantes

Les éboueurs de Nantes, en conflit avec la municipalité au sujet de la réorganisation de leur temps de travail, ont déversé plusieurs dizaines de poubelles devant la mairie, bloquant l'une de ses entrées, a constaté une journaliste de l'AFP.

Une soixantaine d'éboueurs, en grève totale de la collecte des déchets depuis une semaine, ont formé un tas de poubelles devant l'hôtel de ville de Nantes en milieu de matinée du 20 avril, après avoir bloqué partiellement pendant environ une heure et demie la circulation sur l'un des ponts de la ville. 

Les syndicats CGT et Force ouvrière (FO), en conflit depuis le 13 mars avec la municipalité, exigent d'être reçus par la maire (PS) de Nantes et présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland. 

«On restera là tant qu'on n'est pas reçus», a prévenu Rachid Mimouni, délégué FO. 

«On veut que Johanna Rolland prenne ses responsabilités, qu'elle ouvre de réelles négociations», a expliqué Walter Bourcier, délégué CGT. 

Lire aussi : Greenpeace simule une marée noire devant le siège de Total contre un projet de forage au Brésil

Le 18 avril, Nantes Métropole avait conditionné la tenue d'une table ronde au nettoyage de la ville d'ici le soir du 21 avril, un «chantage» pour les organisations syndicales. 

«C'est techniquement impossible. Les éboueurs collectent 300 000 tonnes de déchets par jour, avec le non ramassage ça culmine à 500 000 tonnes. [...] Nous ne sommes pas fermés à une table ronde mais on exige la levée des sanctions disciplinaires à l'encontre de cinq agents et le report du comité technique prévu le 5 mai», a déclaré Rachid Mimouni. 

Lire aussi : Gaz lacrymogène, lisier, canon à eau : les agriculteurs en colère manifestent à Montauban (IMAGES)

Ce comité doit valider la réorganisation du temps de travail des éboueurs de Nantes. Cette future organisation, qui doit entrer en vigueur le 1er octobre, acte notamment la fin du principe du «fini-parti», qui permettait aux agents de quitter leur travail quand ils ont terminé leur ramassage. Elle va entraîner la suppression de 24 postes sur quelque 210 d'agents titulaires et une augmentation du tonnage par agent, ainsi qu'une modification des horaires de travail, selon les organisations syndicales.

Lire aussi : Lutte contre la canicule : des torrents de vin déversés dans les rues de Sète (IMAGES INSOLITES)

Des éboueurs continuaient de bloquer le 20 avril au milieu de la matinée les accès aux trois sites de collecte de la ville et aux deux usines d'incinération. Ils appellent par ailleurs à un rassemblement le matin du 21 avril devant le tribunal administratif de Nantes, en soutien aux organisations syndicales assignées par Nantes Métropole pour obtenir le déblocage des sites de collecte. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que retenez-vous de ce premier tour de la présidentielle ?

Résultats du sondage