Que risque le club de Bastia après les attaques de joueurs à Furiani ? (VIDEO)

Que risque le club de Bastia après les attaques de joueurs à Furiani ? (VIDEO)© PASCAL POCHARD-CASABIANCA Source: AFP
Des supporters corse s'en prennent aux joueurs lyonnais

Le match entre Bastia et Lyon a été définitivement arrêté à la pause après deux bagarres entre supporters insulaires ayant envahi la pelouse et joueurs lyonnais. Le club corse risque de lourdes sanctions.

Au lendemain des violentes échauffourées qui ont émaillé le match de Ligue 1 entre le Sporting Club de Bastia et l'Olympique lyonnais à Furiani, l'avenir sportif du club corse s'écrit en pointillé.

La commission de discipline de la Ligue professionnelle de football (LFP) va en effet placer le dossier en instruction le 20 avril pour décider quelles sanctions prendre à son encontre. En début de saison, le club corse avait déjà été sanctionné d'un point de retrait avec sursis pour de faits similaires.

Au-delà du match perdu, le club risque donc un huis-clos ou une délocalisation, voire des retraits de points effectifs. Cela pourrait donc être l'incident de trop qui scelle le sort de la lanterne rouge du championnat et l'envoie en deuxième division.

C'est en tout cas l'avis de Thierry Granturco, avocat spécialiste de droit du sport, qui a déclaré au micro de France Info que le club «vient peut-être de signer sa relégation en Ligue 2», estimant que «le match doit être donné gagné à l'OL».

Didier Quillot, le directeur général de la LFP a pour sa part refusé de spéculer sur d'éventuelles sanctions, tout en qualifiant les faits de «graves». «Ce qui s’est passé [le 16 avril] n’est pas seulement incroyable, c’est inqualifiable. On ne va pas au stade pour voir ça», a-t-il ajouté.

Interrogé par la chaîne L'Equipe, le secrétaire d'État aux Sports Thierry Braillard s'est dit «scandalisé» par ces incidents, expliquant que ces faits inacceptables «devront être sanctionnés à la hauteur de leur gravité». Le membre du gouvernement rappelle en outre qu'une loi a été votée en mai dernier afin de renforcer les interdictions de stade à l'encontre des supporters s'étant conduits de façon répréhensible.

Le match retardé puis définitivement arrêté

Avant le coup d'envoi du match entre les deux clubs, des supporters corses ont envahi la pelouse. Une cinquantaine d'entre eux, provenant de la tribune occupée par le groupe de supporters Bastia 1905, a interrompu l'échauffement des Lyonnais en les prenant brièvement mais violemment à partie.

A l'issue d'une réunion entre les deux capitaines, le Lyonnais Maxime Gonalons et le Bastiais Yannick Cahuzac, les deux présidents de clubs Pierre-Marie Geronimi et Jean-Michel Aulas, l'arbitre de la rencontre Amaury Delerue, le délégué de la LFP et la préfecture, la décision a finalement été prise de jouer la rencontre, avec près d'une heure de retard.

Toutefois, aucune des deux équipes n'a réussi à rentrer dans son match lors de la première mi-temps. Et au retour aux vestiaires, une altercation a éclaté entre le gardien lyonnais Anthony Lopes et le secrétaire général de Bastia, Anthony Agostini. Elle a rapidement dégénéré en de nouvelles échauffourées avec les supporters, et le match a été définitivement arrêté par la LFP.

Lire aussi : Bataille de chaises : des supporters lyonnais et bastiais s’affrontent dans les rues de Lyon (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage