L'Elysée convoque un second conseil restreint, au lendemain de l'attentat en Isère

Les forces de police escortent un femme présente chez le principal suspect des attentats© Emmanuel Foudrot Source: Reuters
Les forces de police escortent un femme présente chez le principal suspect des attentats

Au lendemain de l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier, un nouveau conseil restreint, présidé par François Hollande, se tient à l’Élisée.

C'est le second conseil restreint en moins de 24h. Le président de la république avait déjà convoqué ses cadres, vendredi 26 juin, quelques heures après qu'un attentat ait été perpétré dans un usine de l'Isère. Samedi 27 juin, les mêmes protagonistes devraient se réunir au palais présidentiel à 11h.

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, Christiane Taubira, ministre de la Justice, accompagné des hauts responsables de la police et de la gendarmerie, devraient être présents. Le Premier ministre Manuel Valls a écourté sa tournée en Amérique du Sud et sera également sur place, ainsi que le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

En savoir plus : Entre modération, hystérie et appel à l'unité : les premières réactions politiques à l'attentat

Le mode opératoire de l’État Islamique

L'attentat perpétré vendredi 26 juin dans la commune de Saint-Quentin-Fallavier a fait un mort par décapitation. D'après les sources officielles, quatre suspects ont déjà été arrêtés, dont l'auteur du meurtre. Il s'agirait de Yassin Sahli, un individu connu des services de renseignement. Il avait fait l'objet d'une surveillance entre 2006 et 2008 pour des liens présumés avec la mouvance salafiste, mais ce père de trois enfants n'avait jamais été arrêté pour acte délictueux. La décapitation rappelle tristement les procédés employés par Daesh. La cible de l'attentat : l'usine Air Product, un site classé SEVESO (hauts risques d'incendie et d'explosion) n'a pas été atteinte par des dispositifs explosifs, les responsables ayant été arrêtés avant d'arriver à leur fin.

Des attentats islamistes ont secoué le monde, vendredi 26 juin. La France n'était pas le seul pays touché. Un attentat-suicide sur un mosquée chiite a fait des dizaines de morts au Koweït. L'acte a depuis été revendiqué par Daesh. L'attaque d'une base en Somalie en aurait fait autant. La Tunisie, enfin, fait état d'au moins 39 morts dans une fusillade, également revendiquée depuis par l’État Islamique, contre deux hôtels de tourisme.

En savoir plus : Attentat en Isère, l'auteur présumés et trois autres personnes en garde à vue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales