Hamon, signataire de la loi privant les petits candidats de débat... sur la foi des sondages

Hamon, signataire de la loi privant les petits candidats de débat... sur la foi des sondages
Photo ©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

En avril 2016, une nouvelle loi organique régissant l'accès des candidats aux médias est votée. Un mois plus tard, le CSA s'y conforme et édicte ses préconisations. Le 20 mars 2017, au grand dam des candidats exclus, TF1 a bien respecté la loi.

Exclure les petits candidats des débats présidentiels ? Rien de plus logique pourrait dire Benoît Hamon, c'est la loi. Lors du débat présidentiel sur TF1 et LCI, Benoît Hamon n'a pas eu un mot pour les candidats écartés. Et pour cause, il connaît bien les dispositions légales régissant l'accès aux médias des candidats, il en a co-signé le projet de loi organique qui sera votée en avril 2016, et qui oblige le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Est alors inséré à l'article 4 du chapitre II du texte de loi une nouvelle définition du principe d'«équité». Il sera désormais tenu compte de «la représentativité des candidats». Laquelle sera appréciée, en particulier, «en fonction des résultats obtenus aux plus récentes élections [...] et en fonction des indications des enquêtes d'opinion».

Hamon, signataire de la loi privant les petits candidats de débat... sur la foi des sondages

En clair, si le résultat des élections passées témoigne d'un attachement à l'onction du suffrage universel, les instituts de sondages se voient consacrés dans une loi organique comme critère d'appréciation. Benoît Hamon aurait donc été bien en peine de jeter la pierre à TF1. La chaîne, qu'on le déplore ou non, a agi en accord avec la loi en ne retenant que les cinq premiers candidats... selon les sondages.

Sur les cinq «grands» candidats qui ont eu les honneurs de TF1, seuls François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont pris la peine de déplorer l'absence des six autres compétiteurs, jugés trop «petits» par la chaîne.

Depuis le 30 juin 2016, le CSA, se conformant à la nouvelle législation, doit ainsi veiller à l'«équité» entre les candidats. Dans une période qui commence deux semaines avant le premier tour de l'élection, une autre règle s'applique : celle de l'égalité stricte du temps de parole, y compris les soutiens des candidats. Les petits candidats tiendront là enfin leur revanche.

Lire aussi : Privés de débat à la télévision, les petits candidats se font entendre malgré tout

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»