Le Roux démissionne de son poste de ministre de l'Intérieur, Hollande «triste» selon Julien Dray

Le Roux démissionne de son poste de ministre de l'Intérieur, Hollande «triste» selon Julien Dray Source: Reuters
Bruno Le Roux a été contraint à la démission par les révélations concernant l'emploi d'assistant parlementaire accordé à ses filles alors lycéennes

Pour que son action ministérielle ne puisse «prêter le flanc à aucune instrumentalisation», Bruno Le Roux a annoncé qu'il quittait la place Beauvau. Il est visé par une enquête sur des emplois présumés fictifs accordés à ses filles, alors lycéennes.

Il ne se sera pas écoulé plus de 24 heures après les révélations de l'émission Quotidien, pour que Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur depuis le 6 décembre 2016, démissionne. Afin de pouvoir se «consacrer à [sa] défense», a-t-il précisé avec gravité en conférence de presse ce 21 mars à Bobigny. Il a néanmoins clamé son innocence dans cette nouvelle affaire d'emplois présumés fictifs.

Visé par une enquête judiciaire ouverte par le parquet national financier, Bruno Le Roux  a en effet admis avoir employé ses filles en tant qu'assistantes parlementaires à l'Assemblée nationale alors que celles-ci, âgées aujourd'hui de 20 et 23 ans n'avaient qu'entre 15 et 16 ans.

Ne pas faire entrave à l'action du gouvernement

Le ministre a présenté sa démission comme motivée par le souci que sa politique ministérielle ne puisse «prêter le flanc à aucune instrumentalisation». Dans la foulée, l'Elysée a annoncé la nomination, en remplacement du ministre démissionnaire, de Matthias Fekl, actuel secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger.

Invité à réagir, Julien Dray a rapporté que François Hollande était «triste» pour Bruno Le Roux. Le proche du président de la République a pour sa part déclaré que le ministre de l'Intérieur démissionnaire était un «honnête homme [...] victime d'un contexte».

Le temps pour être ensemble n'est pas si fréquent

L'affaire avait été révélée par l'émission Quotidien le 20 mars, qui dévoilait que Bruno Le Roux avait employé ses filles, alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes, en cumulant respectivement 14 et 10 CDD entre 2009 et 2016, pour un montant total de quelque 55 000 euros. «Le temps pour être ensemble n'est pas si fréquent», avait déclaré le ministre un peu plus tôt afin de justifier l'accès à l'emploi financé par l'argent public de membres de sa famille.

Bruno Le Roux avait rapidement confirmé les révélations, mais il s'était défendu en affirmant avoir agi en parfaite légalité. Il avait notamment invoqué «des embauches ponctuelles», réalisées «sur des étés ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence». Il devra désormais s'expliquer devant les juges.

Lire aussi : Le parquet financier ouvre une enquête préliminaire sur l'emploi des filles de Bruno Le Roux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»