«Dirty Harry» à la française : la nouvelle campagne publicitaire controversée du maire de Béziers

La police municipale française Source: AFP
La police municipale française

Un maire français a été fermement critiqué par le personnel municipal et les habitants de Béziers après avoir lancé une campagne publicitaire consacrée à un «nouvel ami» de la police municipale locale - une arme de poing de calibre 7,65.

«Désormais la police municipale a un nouvel ami», annoncent des affiches géantes placardées dans les rues de la ville. 

Le maire Robert Ménard a dit au Scan que la ville de Béziers située au sud de la France «aime la loi et l'ordre. Les règles ont changé». 

Il a ajouté que les affiches étaient «appropriées». 

Les forces de l’ordre municipales françaises ont le droit de porter des armes, cependant tous les policiers ne le font pas : dans chaque cas concret, pour obtenir l'autorisation nécessaire, le maire dépose une demande qui doit ensuite être approuvée par les autorités nationales. 

Un militant et écrivain Pierre Schweitzer a dit à RT que c’était un problème à double face : d’une part, le maire habituellement confronté à la controverse avait pris cet engagement lors de sa campagne électorale. 

«C’est extrêmement scandaleux, mais c’était justement l'intention initiale du maire. Lors de sa campagne, il a promis d'armer la police locale, donc il a dû tenir cette promesse», a expliqué Schweitzer. 

D'autre part, «il y a un sentiment d'insécurité qui est probablement beaucoup plus important que la criminalité elle-même», et notamment dans le contexte de l’après Charlie Hebdo.

C’est loin d’être le premier scandale autour de Robert Ménard : le maire de Béziers, qui est classé à l’extrême droite, est célèbre pour avoir interdit des repas halal dans les cantines municipales et imposé le couvre-feu pour tous les enfants de moins de 13 ans. 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dit que les affiches avaient une «tonalité délibérément provocatrice». Le député UMP local Elie Aboud a déclaré selon France 24 que Ménard considérait Béziers comme le «Wild West». 

Le Parti communiste a également considéré ces affiches comme «provocatrices». 

Des habitants locaux se sont exprimés sur Twitter et Facebook où la majorité a cru que les affiches seraient davantage à leur place dans le Wild West que dans une ville du sud de la France.

«Béziers est un Far West, avec ses cow-boys», a tweeté SofiaA1007. 

Un autre tweet dit que «les flics de Béziers se sont transformés en Dirty Harry. Ménard l'a fait savoir par sa campagne publicitaire bien pondérée». 

Les internautes ont créé plusieurs images avec toutes sortes d'objets portant la même légende: des bouteilles d'alcool, des représentations de RoboCop...

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales