Valls dément s'apprêter à appeler à voter Macron

Valls dément s'apprêter à appeler à voter Macron© RAYMOND ROIG Source: AFP
Manuel Valls

Manuel Valls a démenti le 13 mars s'apprêter à appeler à voter Emmanuel Macron avant même le premier tour de la présidentielle, à la veille d'une nouvelle réunion de ses proches divisés par la question d'un possible soutien.

Interrogé sur un article du Parisien à paraître le 14 mars, intitulé «Présidentielle : Valls va appeler à soutenir Macron dès le premier tour», laissant entendre qu'il pourrait le faire dès le 14 mars, l'ancien Premier ministre a indiqué à l'AFP «avoir fait démentir cette information» par son proche entourage.

«Rien dans cet article n'est vrai, en dehors du fait qu'il y a une réunion mardi [14 mars]», a affirmé à l'AFP Carlos da Silva, bras droit et suppléant de Manuel Valls à l'Assemblée nationale.

Cette réunion doit avoir lieu en fin de journée à huis clos à l'Assemblée. Entre 200 et 300 personnes y sont attendues.

Des vallsistes partagés

Selon des sources concordantes parmi les proches de l'ex-Premier ministre, plusieurs lignes s'affrontent quant à l'attitude à adopter, alors qu'Emmanuel Macron est bien placé pour affronter Marine Le Pen au second tour selon les sondages, que François Fillon est fragilisé par l'affaire des emplois présumés fictifs de ses proches et que le vainqueur de la primaire socialiste Benoît Hamon paraît distancé.

«C'est partagé, chez les vallsistes», résume l'un d'entre eux, entre ceux qui défendent une posture légitimiste, même «silencieuse», en faveur de Benoît Hamon, ceux qui défendent un ralliement à Emmanuel Macron s'il parvient au second tour, et ceux qui poussent pour un soutien avant le premier tour.

«Manuel a une volonté, c'est d'éviter que Marine Le Pen gagne la présidentielle, et il considère que le plus mauvais candidat pour cela, c'est François Fillon», explique ce proche soutien à la primaire, qui s'inquiète des «casseroles» du candidat de droite.

Pour cette raison, pense ce même proche, Manuel Valls pourrait finalement choisir de donner un coup de pouce à Emmanuel Macron en appelant à voter pour lui avant le premier tour, mais seulement si l'hypothèse d'un second tour Fillon-Le Pen se renforçait.  

Après une première réunion peu après sa défaite à la primaire fin janvier, Manuel Valls, en retrait de la campagne, avait à nouveau réuni ses proches fin février.

S'il les avait à nouveau appelé à «rester ensemble», formule visant à empêcher un exode chez Emmanuel Macron, il avait exprimé son «inquiétude» quant à l'accord passé avec EELV par Benoît Hamon, qui peine à avoir un soutien clair et uni des socialistes derrière lui.

Lire aussi : Emmanuel Macron, «porte de sortie» des élus d'un parti socialiste en souffrance ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.