#BlocusPourThéo : une directrice de lycée blessée, le ministre de l’Education condamne la violence

#BlocusPourThéo : une directrice de lycée blessée, le ministre de l’Education condamne la violence© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Un manifestant contre la violence policière avec une pancarte, le 23 février 2017 (photo d'illustration)

Le ministre de l’Education a condamné, le 28 février, les violences dont a été victime la responsable du lycée Jules Ferry à Paris. 15 lycées ont à nouveau été bloqués dans le cadre du mouvement de réaction à l'interpellation de Théo Luhaka.

Peu avant 8h, alors que les lycéens tentaient de mettre en place le blocus du lycée Jules Ferry, un projectile a été lancé, dans la matinée du 28 février, sur la directrice de l'établissement, selon BFMTV. Quelques échauffourées ont en outre éclaté entre les manifestants et les forces de l’ordre qui tentaient d'empêcher le blocus. Quelques points de sutures ont été nécessaires pour soigner la blessure de la directrice.

Najat Vallaud-Belkacem a «fermement condamné» ces actes de «violence», selon un communiqué diffusée un peu plus tard dans la matinée. Le ministre de l’Education nationale a également contacté «directement» la directrice blessée «pour l’assurer de son soutien» et a souligné que l’Etat serait «particulièrement ferme» contre les «débordements et des blocages» qu’elle a jugé «inacceptables».

Le premier syndicat des proviseurs, le SNPDEN-Unsa, a condamné dans un communiqué «le climat de violence des blocages des lycées», déplorant qu'il y ait eu deux personnels de direction blessés en moins d'une semaine. 

Selon les autorités, quinze établissements étaient perturbés, dont onze à Paris. Deux établissements étaient touchés dans les Hauts-de-Seine, un dans le Val-de-Marne et un autre en Seine-Saint-Denis. 

Lire aussi : Dans la suite de l'affaire Théo, l'IGPN annonce que l'interpellation était légitime

Devant le lycée Galilée, à Gennevilliers, quelques poubelles ont été incendiées, alors qu’on gros dispositif policier avait été déployé autour de l’établissement.

L'interpellation brutale de Théo Luhaka, 22 ans, début février à Aulnay-sous-Bois a été suivie de la mise en examen d'un policier soupçonné de l'avoir violé au moyen d'une matraque. De nombreux incidents ont eu lieu lors des manifestations de soutien au jeune homme.

Lire aussi : «Vengeance pour Théo» : nouveaux blocus dans des lycées parisiens, plusieurs interpellations (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales