Le nouveau préfet d'Ile-de-France accuse le CCIF d'«alimenter les rangs de Daesh»

Le nouveau préfet d'Ile-de-France accuse le CCIF d'«alimenter les rangs de Daesh»
Michel Delpuech, nouveau préfet de la région Ile-de-France, capture d'écran TLM, DR

Alors qu'il s'apprête à prendre ses fonctions de préfet de la région Ile-de-France, Michel Delpuech met en cause nommément le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) auquel il reproche un discours communautariste qui ferait le jeu de Daesh.

Le nouveau préfet d'Ile-de-France ne s'embarrasse pas de langue de bois. Au moment de prendre ses fonctions en région parisienne, Michel Delpuech n'écarte pas les risques terroristes pesant sur la campagne présidentielle. Une menace qu'il met en relation avec ce qu'il considère comme des dérives communautaires.

«Il est du devoir de tous les responsables publics [...] de veiller au maintien de ce tissu républicain», a-t-il déclaré sur TLM, la télévision locale lyonnaise. Un «tissu», selon le préfet de région, menacé par l'«islam radical» qui tend à développer le communautarisme, avec pour thème récurrent : «La France ne vous aime pas».

Et Michel Delpuech de se faire plus précis : «Attention à ce que dit le collectif contre l'islamophobie de ce point de vue. Il alimente les rangs de Daesh quand il fait cela», a-t-il déploré, établissant ainsi un lien entre l'«islam radical» et le CCIF.

Le préfet, qui quitte la région Auvergne-Rhône-Alpes pour prendre la tête de la préfecture d'Ile-de-France, se dit par ailleurs conscient du risque terroriste qui pèse sur la campagne présidentielle. «Il est évident que c'est une cible puisque quand on veut atteindre une démocratie, le moment d'une démocratie, c'est les élections, et l'élection suprême en France, c'est [celle] du président de la République», constate-t-il. «Oui le risque est grand», reconnaît-il enore, avant de tempérer : «Mais la France est forte.» 

A la suite des déclarations du préfet de région, le CCIF a fait part, sur Twitter, de sa totale désapprobation, à l'égard des propos du nouveau préfet, se réservant le droit de porter plainte et dénonçant l'«extrême gravité» de ces propos.

Lire aussi : Présidentielle : Hollande demande des «mesures spécifiques» contre les cyberattaques (Elysée)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales