Mantes-la-Jolie : la police encore visée par des cocktails Molotov

Mantes-la-Jolie : la police encore visée par des cocktails Molotov
Photo d'illustration ©Martin BERTRAND / AFP

Le calme n'est toujours par revenu en banlieue parisienne, plus de deux semaines après l'interpellation de Theo Luhaka. A Mantes-la-Jolie, la police s'est encore retrouvée dans une position délicate, face à une vingtaine d'assaillants.

Les policiers ont essuyé des tirs de cocktails Molotov, dans la nuit du 19 au 20 février 2017, à Mantes-la-Jolie en banlieue parisienne, rapporte Le Parisien. A la suite de l'incendie d'une voiture sur le parking d'une résidence, les pompiers et les forces de l'ordre sont intervenus dans rue du Docteur Fleming, «plongée dans le noir» précise encore le quotidien.

C'est à ce moment qu'un groupe d'une «vingtaine de personnes» s'est approché des policiers avant de lancer des pierres, ainsi que «deux cocktails Molotov», en direction d'un véhicule de police. Les assaillants auraient également fait usage de feux d'artifice.

Dans les banlieues, la situation reste explosive. Le 13 février 2017, plusieurs échauffourées avaient éclaté, notamment dans le département des Yvelines, où quatre véhicules avaient été incendiés. A Mantes-la-Jolie, un policier avait même été blessé au tibia après des jets de pierre et de cocktails Molotov.

Des véhicules personnels de fonctionnaires de police ont par ailleurs également été visés. Depuis le 13 février pas moins de cinq voitures ont ainsi été incendiées dans l'Aisne et dans l'Oise. Une lettre adressée par le directeur de la sécurité publique a appelé les agents de police à la prudence, «notamment lors de leurs trajets domicile-travail», ainsi qu'à «la plus grande discrétion» quant à leurs fonctions sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Affaire Théo, retour sur deux semaines d'émeutes qui ont secoué la France (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.