Une affaire similaire à celle du jeune Théo devant le tribunal de Bobigny

Une affaire similaire à celle du jeune Théo devant le tribunal de Bobigny Source: AFP
Alors que le viol présumé du jeune Théo par un policier est au centre de l'actualité, un procès s'ouvre pour des faits similaires qui auraient été commis à Bobigny en 2015
Suivez RT France surTelegram

Un jeune homme avait reçu dix jours d'arrêt de travail après une nuit en garde à vue en 2015. Le 20 février, la justice a demandé à requalifier en viol les violences à caractères sexuels qu'un policier est accusé d'avoir fait subir à cet individu.

Un policier municipal comparaissait ce 20 février devant le Tribunal de grande instance de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Il est accusé d'avoir violenté avec sa matraque un jeune homme de 27 ans en 2015 au cours d'une interpellation musclée à Drancy. Les faits, étrangement similaires à ceux de l'affaire Théo, ont une résonance particulière après deux semaines de manifestations et d'émeutes

A l'issu de la comparution du policier, la justice a demandé à ce que les faits en question soient requalifiés en viol, a rapporté l'AFP.

La victime affirme en effet avoir subi des sévices sexuelles : le policier lui aurait introduit sa matraque dans le rectum afin de le forcer à entrer dans le fourgon. Le jeune homme, après avoir été conduit en urgence à l'hôpital durant sa nuit en garde-à-vue, avait subi un examen médical concluant à une «pénétration» et constatant une «plaie anale» nécessitant dix jours d'ITT.

Après l'arrestation de trois policiers municipaux dès le lendemain, l'un d'entre eux, dont l'ADN avait été retrouvé sur la matraque, a finalement été poursuivi pour «violences volontaires». L'avocate de la victime ayant échoué à requalifier les faits en «viol en réunion», et donc à faire juger l'affaire en cour d'assise, le procureur a requis six mois de prison avec sursis contre le policier.

Le contexte autant que les détails semblent rapprocher les deux affaires. A l'issue d'une arrestation violente le 2 février à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, le jeune Théo s'était vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail. Il affirme avoir été violé au moyen d'une matraque télescopique par l'un des policiers ayant procédé à son interpellation.

Lire aussi : «Emoi, ricanements, colère... La visite de Franck Ribéry à Théo met Twitter dans tous ses états»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix