«Affaire Théo» : pour la police des polices, il s'agit d'un accident et non d'un viol

«Affaire Théo» : pour la police des polices, il s'agit d'un accident et non d'un viol© FRANCOIS GUILLOT Source: AFP
Logo de l'IGPN

Après visionnage des images de vidéosurveillance de l'interpellation de Théo, qui a été hospitalisé à l'issue de celle-ci, l'IGPN estime que les agents de police n'ont pas introduit délibérément de matraque dans l'anus du jeune homme.

«Une opération qui tourne mal» : c'est en ces termes que l'IGPN (l’Inspection générale de la police nationale) a qualifié l'interpellation très violente du jeune Théo, qui a conduit à son hospitalisation, d'après des informations rapportées par la chaîne LCI. Dans ses premiers comptes rendus remis à la juge d'instruction chargée de l'affaire, la police des polices, après visionnage des images de vidéosurveillance de la fameuse arrestation, estime qu'il s'agit d'un «accident grave et réel», mais exclut la piste d'un viol délibéré.

«C’est très grave, indubitablement, ça peut être des violences ayant entraîné une infirmité permanente. Mais ce n’est pas un viol», considère-t-on à l'IGPN, toujours selon LCI. La police des polices pense en effet qu'il n'y a pas eu de volonté délibérée d'un des agents interpellant le jeune Théo de lui introduire une matraque dans l'anus, contrairement à ce que le jeune homme a déclaré. Les enquêteurs de l'IGPN assurent que le résidant d'Aulnay-sous-Bois ne s'est pas laissé menotter, et que l'un des policiers a utilisé une matraque afin de le mettre à genou. Aucun d'entre eux, affirment-ils, n'a demandé à Théo de baisser son pantalon.

Il revient à présent à la juge d'instruction de visionner la vidéo (ce qui n'a pas encore été le cas, rapporte LCI, pour des raisons techniques), afin de pouvoir faire son propre jugement sur les faits, puis requalifier ou non les poursuites pour viol ciblant l'un des policiers.

Lire aussi : Aulnay-sous-Bois : des vidéos montrent l'étendue des dégâts après les émeutes de la nuit

Manifestations et violences urbaines depuis l'interpellation brutale

A la suite de l'interpellation du jeune habitant d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) de 22 ans, un policier a été mis en examen pour viol (alors que celui-ci plaide l'accident) et trois de ses collègues pour violences volontaires en réunion. Gravement blessé au niveau du rectum, Théo a dû être opéré et s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

 

La publication d'une vidéo de son arrestation par Le Parisien, le 4 février, a provoqué une série de manifestations contre les violences policières, mais aussi des émeutes nocturnes dans des villes de Seine-Saint-Denis.

Lire aussi : Violences policières, émeutes en Seine-Saint-Denis... «L'affaire Théo» secoue les politiques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»