Calais : la mairie soupçonne des migrants de mettre en place un squat et porte plainte contre X

Calais : la mairie soupçonne des migrants de mettre en place un squat et porte plainte contre X© Philippe Huguen Source: AFP

La mairie de Calais tente d'empêcher l’apparition de squats de migrants, revenus malgré la destruction de la «Jungle». Les soupçons se portent sur des préfabriqués utilisés par le Secours catholique. L'association a critiqué le dépôt de plainte.

Alors que des habitants de Calais s’inquiètent du retour des migrants, trois mois seulement après le démantèlement du camp de réfugiés, la mairie de Calais a annoncé le 8 février avoir déposé une plainte contre X après la découverte de sacs de couchage sur un terrain appartenant à la ville.

Les autorités municipales soupçonnent en effet les migrants de séjourner dans des préfabriqués modulaires mis à la disposition du Secours Catholique par la ville.

«Dans ces [préfabriqués] modulaires, le Secours catholique reçoit les migrants pour leur délivrer des renseignements administratifs, etc... mais l'association n'est pas autorisée à héberger des migrants dans ces modulaires», a ainsi affirmé Emmanuel Agius, premier adjoint au maire, à l'agence de presse AFP. 

Selon la mairie, la plainte pour «installation en réunion sur un terrain appartenant à autrui» a été déposée le 31 janvier au commissariat de Calais.

«Toute personne entravant un lieu privé de manière illicite peut faire l'objet d'une plainte», a par ailleurs ajouté Emmanuel Agius, précisant qu'il s'agissait «d'une procédure régulièrement employée en cas de soupçon de squat».

Le Secours catholique monte au créneau et dénonce le rôle des pouvoirs publics

Le Secours catholique a vivement réagi à la décision municipale par le biais d'un de ses responsables, Vincent de Coninck. Ce dernier a notamment expliqué : «Ce n'était pas un squat, mais un abri : les migrants, essentiellement des mineurs, qui s'abritaient sous les modulaires en attendant l'ouverture du lieu d’accueil.» 

L'association est actuellement engagée dans un bras de fer avec la mairie de Calais et a par exemple procédé à l'installation de douches destinées aux migrants, malgré l’opposition des autorités municipales.

Dans un communiqué, le Secours catholique a par ailleurs dénoncé le dépôt de plainte pour «installation sur le terrain d’autrui», tout en critiquant le rôle des autorités : «Que font les pouvoirs publics pour porter assistance [aux migrants] à nos frontières ? Rien, ou si peu. Les forces de police sont au contraire mobilisées jour et nuit pour déloger [les migrants] sans relâche de leurs abris sommaires.»

Au moment du démantèlement très médiatisé de la «Jungle» de Calais, le gouvernement avait promis la fin des campements illégaux de migrants en France. Pourtant, si aucun campement n'est autorisé dans le Calaisis, entre 300 et 400 réfugiés se trouveraient actuellement dans la ville de Calais, selon le Secours catholique.

Lire aussi : A droite comme à gauche, les politiques s'inquiètent du risque de multiplication de «mini jungles»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage