«Affaire Théo» : deux jeunes condamnés à six mois ferme pour violences à Aulnay-sous-Bois

- Avec AFP

«Affaire Théo» : deux jeunes condamnés à six mois ferme pour violences à Aulnay-sous-Bois © GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP
Des manifestations à Paris

Dans le contexte des violences à Aulnay-sous-Bois, deux personnes ont été condamnées à six mois ferme et trois à six mois avec sursis. Les manifestations en soutien à Théo, victime d'un viol présumé lors d'une arrestation, se poursuivent en France.

Deux jeunes ont été condamnés à Bobigny à six mois de prison ferme pour des faits «d'embuscades». Egalement jugés le 8 février, trois autres jeunes, poursuivis pour les mêmes faits, ont été condamnés à six mois de prison avec sursis. Un sixième prévenu, accusé de jets de pierre à l'encontre des forces de l'ordre, a été relaxé.

Onze mineurs, présentés au juge des enfants pour «embuscade», ont par ailleurs été placés sous le statut de témoin assisté.

Quatre autres jeunes seront jugés le 9 février, un pour «outrages et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique», un autre pour «dégradation» et «outrages», deux pour «complicité de violences sur personne dépositaire de l'autorité publique», a annoncé le 8 février le parquet de Bobigny.

Dans la soirée du 8 février, trois à quatre cents personnes ont brièvement manifesté à Nantes, sous haute surveillance, contre les «violences policières et en soutien à Théo». Ils étaient 200 environ à Rennes. Quelques centaines de personnes se sont aussi rassemblées à Paris, pour la deuxième soirée consécutive, afin d'exprimer leur indignation.

Théo, jeune homme de 22 ans, dit avoir été victime le 2 février d'un viol avec une matraque lors d'une interpellation violente aux 3 000, une cité d'Aulnay-sous-Bois. Toujours hospitalisé en raison de graves blessures dans la zone rectale, il s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). 

Un des quatre policiers impliqués dans l'arrestation a été mis en examen pour viol et les trois autres pour violences volontaires en réunion le 5 février. Les quatre ont été suspendus.

Après plusieurs soirées d'échauffourées à Aulnay-sous-Bois, une autre nuit de violence a eu lieu dans plusieurs banlieues d'Ile-de-France, principalement en Seine-Saint-Denis, notamment dans les villes de Neuilly-sur-Marne, Aulnay-sous-Bois, Bobigny et Clichy-sous-Bois.

26 personnes ont été interpellées dans la nuit du 8 au 9 février en Seine-Saint-Denis selon L’Express.

Lire aussi : Rennes : la manifestation de soutien à Théo se mue en affrontements entre jeunes et police

Rapprocher police et population

Une vingtaine de véhicules ont été brûlés le 7 février, mais il y a eu peu d'affrontements avec les forces de l'ordre et peu d'agressions de policiers.

A Tremblay-en-France, une dizaine de personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone après le jet d'un cocktail Molotov dans un bâtiment. Le poste de police municipale a également été endommagé. Un chauffeur de bus avait été légèrement blessé à l'occasion d'un jet d'objet incendiaire dans les environs de Clichy-sous-Bois.

En réponse à ces incidents, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a annoncé le 8 février à l'AFP qu'il allait «renforcer» les effectifs dans les quartiers et «doubler» les crédits dédiés à des actions concourant au «rapprochement police-population», en référence à un appel à projets lancé en 2015 et qui sera doté de 1,5 million d'euros, contre 1 million actuellement.

Le 7 février, François Hollande s'est rendu au chevet de Théo à l'hôpital, d'où ce dernier a appelé les jeunes de son quartier à ne «pas faire la guerre» et à «rester unis».

Lire aussi : L'appel au calme de Théo, depuis son lit d'hôpital : «Les gars, stop à la guerre»

En référence aux violences qui s'étaient produites les nuits précédentes dans sa cité, où des policiers menacés ont procédé à des tirs de sommation à balles réelles, le jeune homme a dit vouloir retrouver sa ville «comme il l'avait laissée».

Cet appel et la visite du chef de l'Etat ont eu un «impact» sur les habitants de la ville, a dit à l'AFP Nordine, 44 ans, qui vit aux 3 000. «Moi, j'en ai eu des frissons», a-t-il ajouté.

La jeune victime, fan de foot, qui portait un maillot de l'Inter Milan lors de la visite du chef de l'Etat, a été invitée le 8 février par le club italien à venir voir un match dès que son état de santé le lui permettrait.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.