Agression de militaires près du Louvre : l'assaillant soupçonné d'avoir tweeté sur Daesh

Agression de militaires près du Louvre : l'assaillant soupçonné d'avoir tweeté sur Daesh© Jonathan Moadab
Un militaire a été blessé lors d'une attaque terroriste au Louvre, à Paris

Alors que l'enquête suit son cours pour déterminer l'identité de l'individu qui a attaqué au couteau un militaire en criant «Allahu Akbar», le 3 février à Paris, un compte Twitter qui pourrait appartenir au suspect a été retrouvé.

Mise à jour automatique
  • L'agence de presse Belga rapporte que, cité par les médias égyptiens, le père du suspect, Abdallah El-Hamahmy a déclaré : «Mon fils n'est pas un terroriste, il n'a aucun lien avec la politique». Il a ajouté que son fils travaillait depuis deux ans à Dubaï, dans un cabinet d'avocats.

    Il a également mis en doute l'information selon laquelle son fils serait arrivé en France le 26 janvier. «Il s'est rendu en France pour son travail le 26 décembre et était censé rentrer samedi [4 février]», a-t-il déclaré.

  • Selon une source proche de l'enquête, le pronostic vital du suspect ne serait «plus engagé», rapporte l'AFP.

    La source a précisé que l'assaillant présumé, un Egyptien de 29 ans, ne pouvait pas encore être entendu par les enquêteurs.

  • L'Egypte a condamné l'attaque terroriste à la machette contre des militaires au musée du Louvre à Paris qui aurait été perpétrée par un Egyptien selon les premiers éléments de l'enquête.

    «Le gouvernement et le peuple égyptiens se tiennent aux côtés du gouvernement et du peuple français face au terrorisme», a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

    L'Egypte a également appelé «la communauté internationale à redoubler d'efforts pour lutter contre le phénomène dangereux [du terrorisme]».

    Les autorités égyptiennes n'ont pas fait allusion au fait que l'auteur de l'attaque serait un Egyptien de 29 ans résidant aux Emirats arabes unis et entré légalement en France le 26 janvier par un vol en provenance de Dubaï.

    Ses motivations ne sont pas encore connues, mais il s'agit d'«un acte dont le caractère terroriste ne fait guère de doute», selon le président François Hollande.

  • L'agresseur des militaires est soupçonné d'avoir tweeté avant l'attaque au carrousel du Louvre, faisant notamment référence au groupe Etat islamique, «aux frères en Syrie et aux combattants du monde entier», a appris l’AFP de sources proches de l'enquête.

    Selon une source proche de l'enquête, ces tweets proviendraient d' «un compte twitter dont le titulaire pourrait être l'auteur», sans que les enquêteurs puissent l'établir formellement à ce stade.

    Les exploitations sont toujours en cours sur le téléphone portable Iphone 7 et l'Ipad appartenant à l'agresseur, dont l'identité reste à confirmer.

    Sur ce compte ouvert au nom d'Abdallah El-Hamahmy, plusieurs tweets en arabe ont été publiés, quelques minutes avant l'attaque, a constaté l'AFP. L'un à 09h31: «Au nom d'Allah [...] pour nos frères en Syrie et les combattants du monde entier». Puis une minute plus tard, un autre tweet, faisant référence au groupe djihadiste Etat islamique.

    Au moins dix tweets ont été envoyés entre 09h34 et 09h27 par le titulaire du compte alors que l'attaque du Louvre a commencé à 09h50. Le titulaire du compte y fait également état d'un voyage Dubaï-Paris le 26 janvier, ce qui correspond au voyage effectué par le suspect.

  • Le procureur de Paris Xavier Molins, a indiqué qu'une perquisition avait été effectuée dans le logement temporaire de l'assaillant où les enquêteurs ont retrouvé un passeport à l'intérieur se trouvaient lequel deux visas pour la Turquie et l'Arabie saoudite datant de 2015 et 2016. 

  • François Molins tient une conférence de presse concernant l’attaque du Louvre

  • Les services antiterroristes seraient parvenus à identifier le suspect de l’attaque au couteau du Carrousel du Louvre comme étant Abdallah E-H, un Egyptien de 29 ans, grâce à des éléments recueillis sur son téléphone portable, selon LCI.

    Lire aussi : Attaque devant le Louvre : le suspect identifié, il s’agirait d’un Egyptien de 29 ans

  • Les Brigades de recherche et d'intervention ont mené une opération dans le VIIIe arrondissement de Paris suite à l'attaque, a révélé le journaliste Remy Buisine, images à l'appui.

    Lire aussi : Attaque du Louvre : intervention de la BRI dans le 8e arrondissement de Paris (VIDEO)

  • Le militaire qui a été blessé lors de l'attaque «va bien» et rejoindra «ce [vendredi] soir son unité», a fait savoir le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

  • «La menace est là, elle demeure et nous devons y faire face», a réagi le chef de l'Etat François Hollande. Il a ensuite tenu à rendre hommage au «courage» et à la «détermination» des militaires attaqués.

Découvrir plus

Des sources policières ont indiqué à l'AFP qu'un militaire de l'opération antiterroriste Sentinelle avait ouvert le feu et grièvement blessé un homme qui tentait de l'agresser au couteau, le matin du 3 février au Carrousel du Louvre à Paris, confirmant une information donnée plus tôt par la radio RTL.

L'homme aurait tenté de s'introduire dans le Carrousel du Louvre avec des valises mais en aurait été empêché, selon une journaliste de LCI. C'est alors qu'il aurait sorti un couteau.

Le soldat agressé serait légèrement blessé, rapporte RTL.

Le ministère de l'Intérieur a de son côté indiqué sur Twitter qu'un «événement grave de sécurité publique» se déroulait à Paris, dans le quartier du Louvre.

Des policiers avec des gilets pare-balles ont été déployés sur place.

Beauvau a également publié un message invitant les citoyens à ne pas «diffuser de fausses informations».

Détails à suivre...

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales