Du scandale Penelope Fillon à Ceausescu : l'argumentaire original de Michèle Alliot-Marie

Du scandale Penelope Fillon à Ceausescu : l'argumentaire original de Michèle Alliot-Marie Source: AFP
Candidate à la présidence de la République, Michèle Alliot-Marie s'inquiète de potentielles dérives totalitaires si la France mettait en place des règles restrictives à l'embauche des attachés parlementaires par les élus

L'ancienne ministre ne croit pas en la culpabilité de François Fillon et ne souhaite pas non plus que l'on interdise aux députés d'employer les membres de leur famille. Pour défendre son point de vue, elle convoque l'histoire roumaine...

Michèle Alliot-Marie, candidate à la présidentielle sans le soutien de son parti, est venue au secours de François Fillon, empêtré dans le scandale concernant l'emploi fictif présumé de son épouse Penelope. Au micro d'iTélé, le 31 janvier au soir, elle a tenu à témoigner sa confiance dans la probité du candidat des Républicains à la présidentielle. 

«Le soupçon est facile et la manifestation de la vérité, en général, est plus longue, et en particulier en politique», a-t-elle estimé, ajoutant : «Je connais bien François Fillon depuis longtemps et je n'ai aucune raison de faire aucune condamnation ni aucun soupçon a priori.»

Mais c'est sur le fond de l'affaire que l'ancienne ministre a développé l'argument le plus étonnant. A propos de l'interdiction de l'embauche, par les députés, de membres de leur famille en tant qu'assistants parlementaires, elle a mis en garde : «Je pense qu'à partir du moment où quelqu'un a un travail à effectuer et qu'il l'effectue bien, on n'a pas besoin - et c'est même dangereux - de regarder qui il est exactement.» Poussant le parallèle plus loin, elle a ajouté : «Il faut se méfier. Moi, vous savez, j'ai connu un régime en Europe centrale dans lequel, à partir du moment où on était l'enfant de quelqu'un de diplômé, on n'avait pas le droit d'aller à l'université : c'était le régime de Ceausescu.»

Le dictateur Nicolae Ceausescu, qui a dirigé la Roumanie d'une main de fer du milieu des années 1960 jusqu'en 1989, est invoqué par Michèle Alliot-Marie comme le contre-modèle vers lequel se dirigerait la France si elle mettait en application une mesure interdisant aux députés d'engager leurs proches.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»