Libé «amalgame» Marine le Pen au suspect de l'attentat de Québec, avant de faire marche arrière

Libé «amalgame» Marine le Pen au suspect de l'attentat de Québec, avant de faire marche arrière© Dario Ayala Source: Reuters
Manifestation de solidarité avec les victimes de la fusillade à Québec

Malgré l'absence d'éléments probants, Libération a suscité l'indignation de sympathisants du Front national en qualifiant le suspect de la fusillade de Québec de «pro-Le Pen». Le journal a fini par retirer la mention litigieuse.

«Attentat contre une mosquée de Québec : ce que l'on sait sur le principal suspect pro-Le Pen», voilà le titre que le journal Libération a choisi pour mettre en tête de son article tiré d’une dépêche AFP consacrée au profil d'Alexandre Bissonnette, tireur présumé de la fusillade ayant causé six morts le 29 janvier. Concrètement, le corps de l’article reprend mot pour mot le texte de la dépêche, seul le titre ayant été modifié.

L'AFP, dans sa dépêche originale intitulée «Un étudiant aux idées nationalistes auteur présumé de la fusillade à Québec», a retranscrit le post d'une page Facebook comptant moins de 3 500 personnes intitulée «Bienvenue aux réfugié.es - Ville de Québec». L'administrateur dépeint le suspect comme «malheureusement connu de plusieurs militants à Québec pour ses prises de positions identitaires, pro-Le Pen et anti-féministes à l'université Laval et sur les réseaux sociaux», sans donner le moindre détail. 

Lire aussi : «Acte terroriste» : au moins six morts dans une fusillade dans un centre islamique à Québec

Un internaute, qui a demandé plus d'informations à ce sujet aux administrateurs de la page, s'est vu répondre un laconique «Achète un journal».

Capture d'écran de la page Facebook

Lire aussi : Fusillade à Québec : Montréal et Paris commémorent les victimes de l’attaque (VIDEO)

Les sympathisants Front National furieux de l'amalgame 

Choqués par le titre de Libération, plusieurs internautes ont interpellé le journal afin de faire part de leur mécontentement.

D'autant que dans un second temps, l'AFP a modifié sa dépêche en supprimant le post de la page «Bienvenue aux réfugié.es - Ville de Québec» et en précisant ce qui fait d'Alexandre Bissonnette un pro-Le Pen : il a «liké» la page Facebook de Marine Le Pen – de même que des dizaines d'autres, aux sensibilités politiques très variées.

Ce qui n'a pas échappé à cet utilisateur, qui rappelle que le suspect a par exemple aussi «aimé» la page du Nouveau Parti Démocratique, formation politique située très à gauche au Canada. 

«Que c'est nul... [C'est un] complot Israélo-Le Pen-Trump Non ?», s'est demandé un utilisateur de Twitter.

«Si c'est vrai je ne voterai pas pour Marine alors, heureusement que vous étiez là... Merci de m'avoir ouvert les yeux», a ironiquement posté un internaute.

Un autre utilisateur a laissé entendre que des suites judiciaires pourraient être envisagées par le parti nationaliste français suite à ce titre controversé. 

«En tant que "pro-Le Pen" je me sens stigmatisé par votre titre et votre article. Vous faites un amalgame vraiment nauséabond», a indiqué de façon sarcastique un internaute. 

Face à la polémique, le journal Libération a finalement changé son titre controversé, et a supprimé toute référence à Marine le Pen et au Front national pour y substituer le titre suivant : «Attentat contre une mosquée de Québec : ce que l'on sait sur l'auteur présumé».

Lire aussi : Québec : Alexandre Bissonnette reste le seul suspect de l'attentat de la mosquée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.