«On va droit dans le mur» : après les menaces, Rachida Dati attaque frontalement Fillon et NKM

«On va droit dans le mur» : après les menaces, Rachida Dati attaque frontalement Fillon et NKM Source: AFP
Dati - Fillon : la guerre est déclarée

Rachida Dati, qui aurait récemment promis de «pourrir la campagne» du candidat LR après avoir été écartée aux législatives, s’est inquiétée du cap que prendrait la campagne de François Fillon, qu’elle accuse de ne pas parler à tous les Français.

«Personnellement, je préfère le général de Gaulle à Margaret Thatcher», a lancé Rachida Dati au cours d’un entretien au journal Le Parisien le 19 janvier, alors que François Fillon a régulièrement été comparé à la Dame de Fer britannique dans les médias.

Si la remarque pouvait sembler anodine, la maire du VIIe arrondissement de Paris s’en est pris explicitement au candidat à la présidentielle dans la suite de son interview en déclarant : «Il est urgent que François Fillon corrige le cap de sa campagne sinon on va droit dans le mur. Tout le monde veut la victoire de la droite en 2017. Mais nous sommes de nombreux élus à ne pas être écoutés, car il ne s'adresse pas à tous les Français.»

Rachida Dati a ensuite vivement critiqué la décision, qui aurait été actée par François Fillon, d’investir Nathalie Kosciusko-Morizet dans la 2e circonscription de Paris, et suite à laquelle l'ex-ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy aurait promis de «pourrir la campagne» de Fillon.

«Voilà une drôle de personnalité [NKM] qui va d'échec en échec, de parachutage en parachutage, de trahison en trahison, même vis-à-vis de François Fillon qu'elle a traité de misogyne et de sexiste, et c'est cette personne qu'il récompense ! Quel signal ! Voilà ce qui écœure les Français», a-t-elle lancé. Elle a ensuite ajouté que «le plus scandaleux», c’était le vote d’investiture à l’unanimité du conseil national du parti Les Républicains (LR) «sur ordre de je ne sais qui».

Un collaborateur de NKM claque la porte

Adrien Delaporte, ancien collaborateur de NKM a annoncé, dans un texte qu’il a publié sur les réseaux sociaux, qu’il quittait l’équipe de campagne de cette dernière à la suite d’un «parachutage de trop», dénonçant des «arrangements de couloir».

«NKM sera élue députée, sera peut-être ministre si François Fillon gagne l’élection présidentielle. Mais elle a définitivement perdu Paris et ne sera jamais maire de la capitale. Les électeurs ne lui pardonneront jamais ce marchandage de circonscription», a-t-il lancé.

Lire aussi : Fillon sur le point de parachuter Kosciusko-Morizet pour les législatives 2017

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales