Attentat de Nice : les plaintes contre l'Etat et la municipalité classées sans suite

- Avec AFP

Attentat de Nice : les plaintes contre l'Etat et la municipalité classées sans suite© Eric Gaillard Source: Reuters
Mémorial aux victimes de l'attentat de Nice

Le parquet de Nice a annoncé qu'il classait sans suite les plaintes déposées contre l'Etat et la municipalité de Nice pour mise en danger de la vie d'autrui, déposées par 23 familles ou proches de victimes de l'attentat de Nice.

Les familles et proches des victimes de l'attentat de la promenade des Anglais à Nice, le 14 juillet 2016, qui avaient porté plainte contre l'équipe municipale et l'Etat pour mise en danger de la vie d'autrui, estimant le dispositif de sécurité inadapté, ont vu leur requête classée sans suite. «Aucun fait de nature à engager une quelconque responsabilité pénale à l'encontre de quiconque», a jugé Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice, à l'issue de l'enquête préliminaire conduite depuis septembre.

«J'ai décidé par conséquent du classement sans suite des 23 plaintes déposées et de l'enquête judiciaire initiée ensuite, au motif de l'inexistence d'une infraction pénale», a déclaré le procureur au cours d'une conférence de presse.

«Pour que l'infraction soit constituée, il ne faut pas simplement avoir été imprudent mais qu'il y ait eu conscience d'un risque important, que la couverture de ce risque ait été prévue et que le responsable ait sciemment décidé qu'il n'en ferait rien», a-t-il souligné.

Le soir de l'attentat, plus de 30 000 personnes assistaient au feu d'artifice de la Fête nationale, lorsque Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Franco-Tunisien de 31 ans, a foncé dans la foule avec un camion. L'attentat a été revendiqué par Daesh.

Lire aussi : Attentat de Nice : le terroriste envisageait-il une deuxième attaque le 15 août 2016 ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales