Législatives : Macron refuse tout «accord d'appareil» entre En Marche ! et les autres partis

- Avec AFP

Législatives : Macron refuse tout «accord d'appareil» entre En Marche ! et les autres partis© Eric Feferberg Source: AFP
Emmanuel Macron, fondateur du mouvement En Marche! et candidat à la présidentielle de 2017

Détaillant sa stratégie pour les élections législatives de 2017, l'ancien ministre de l'Economie a fait part de sa volonté de ne pas conclure d'accord avec d'autres formations politiques, tout en ouvrant la porte à leurs électeurs.

«Il n'y aura aucun accord d'appareil» entre En Marche! et «quelque parti que ce soit» aux prochaines élections législatives, a affirmé Emmanuel Macron le 19 janvier, en renouvelant son souhait d'investir des candidats dans toutes les circonscriptions pour ce scrutin.

«Je ne négocierai aucune circonscription contre un ralliement», a assuré l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande. 

«Je ne sacrifierai aucun de nos engagements initiaux qui nous ont menés jusqu'ici. Je ne suis le candidat d'aucun parti ni d'aucun appareil existant», a poursuivi le fondateur et président d'En Marche !

Emmanuel Macron a cependant précisé que son parti permettait «les adhésions multiples». Les candidats d'En Marche ! aux élections législatives «peuvent être par ailleurs socialistes, radicaux, écologistes, centristes, républicains tant qu'ils se retrouvent dans notre projet», a-t-il ajouté.

Le candidat à l'élection présidentielle a annoncé que le processus d'investiture pour les élections législatives s'ouvrait le 19 janvier au sein de son parti et concernait donc les 577 circonscriptions.

«Tous les membres du mouvement ou ceux qui souhaiteraient le rejoindre peuvent s'inscrire en ligne», a-t-il déclaré en se félicitant d'être «la seule force politique à avoir établi des formalités aussi claires et et accessibles».

Pour chaque postulant, cinq critères seront pris en compte, a fait savoir Emmanuel Macron : «renouvellement», «parité», «probité», «pluralité politique» et «accord avec le projet».

«Une commission nationale en charge des investitures sera constituée dans les prochains jours», a détaillé l'ancien ministre de l'Economie lors d'une conférence de presse à son QG de campagne dans le XVe arrondissement de Paris. 

«Elle sera l'instance en charge des désignations. Elle sera composée de neuf membres adhérents du mouvement s'engageant eux-mêmes à ne pas être candidat. Je n'en serai pas membre», a-t-il précisé. 

«Les investitures seront décidées par vagues successives avec un objectif : construire une majorité de projet pour gouverner et traduire en actes notre engagement collectif et citoyen», a encore souligné Emmanuel Macron.

Lire aussi : Extinction de voix de Macron : quand le réglage du volume... momentaném'En Marche plus ! (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales