Manifestation face au Sénat pour soutenir un projet de loi visant à abroger la loi travail

Manifestation face au Sénat pour soutenir un projet de loi visant à abroger la loi travail Source: AFP
Adoptée avec l'aide du 49.3, la loi travail fait toujours l'objet d'une vive contestation, notamment de la part de certaines organisations syndicales

Le groupe Communiste républicain et citoyen a déposé un projet de loi demandant l'abrogation de la loi travail au Sénat. Une centaine de manifestants s'était rassemblée en face du Palais du Luxembourg pour soutenir le retrait du texte.

La CGT, organisateur d'un rassemblement destiné à soutenir un projet de loi visant à abroger la Loi Travail, a motivé ses troupes en affirmant qu'il s'agissait de «réaffirmer [son] opposition à cette loi de recul social, et de réactiver le débat autour des propositions de la CGT pour un vrai droit du travail progressiste».

Lire aussi : La CGT appelle à manifester pour soutenir l'abrogation de la loi travail

Néanmoins, la mobilisation est restée modeste, et seule une centaine de militants se sont rassemblés aux abords du Palais du Luxembourg, sous étroite surveillance. 

Le rapporteur de cette proposition de loi, Dominique Watrin, a expliqué que «l'inversion de la hiérarchie des normes», «l'affaiblissement du rôle des branches», «l'assouplissement du licenciement économique», «l'abandon des missions de prévention de la médecine du travail» et la «possibilité pour les employeurs de demander des sacrifices supplémentaires aux salariés» motivaient la radicalité d'une telle abrogation.

Plusieurs élus et personnalités de gauche étaient présents pour soutenir l'initiative, dont la sénatrice communiste Elsa Faucillon, le secrétaire général du PCF Pierre Laurent, ou encore des députés Front de Gauche tels qu'André Chassaigne.

Après des débats parlementaires extrêmement houleux et un mouvement de protestation dans tout le pays en 2016, la loi travail avait finalement été adoptée par recours à l'article 49.3 de la Constitution par Manuel Valls, permettant d'outre-passer le vote par le parlement du texte controversé.

Lire aussi : Primaire à gauche : Myriam El Khomri défend sa loi Travail et fustige Arnaud Montebourg

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.