François Fillon admet n'avoir été ni «bon» ni «clair» dans ses propositions sur la Sécurité sociale

- Avec AFP

François Fillon admet n'avoir été ni «bon» ni «clair» dans ses propositions sur la Sécurité sociale© Philippe Wojazer Source: Reuters
François Fillon

François Fillon, candidat les Républicains à la présidentielle et accusé depuis sa victoire à la primaire de vouloir «privatiser» le système de sécurité sociale, a reconnu n'avoir été ni «bon» ni «clair» à ce sujet dans une interview sur BFMTV-RMC.

«On n'a pas été bons, on n'a pas été clairs dans nos propositions» sur la Sécurité sociale, a affirmé François Fillon sur BFMTV. «Ce que nous avions écrit a été mal compris, je l'ai retiré, j'ai lancé un débat avec l'ensemble des responsables de la santé, les médecins», a-t-il rappelé.

«Les auditions se déroulent en ce moment, je referai des propositions [...] avant la fin du mois de janvier ou début février. Ce que je veux, c'est qu'il y ait une meilleure répartition entre les mutuelles et la Sécurité sociale et que les mutuelles soient plus contrôlées», car «la réforme qui a consisté à rendre obligatoire les mutuelles s'est traduite par des baisses de remboursement», s'est-il inquiété.

Le candidat à la présidentielle compte dès lors proposer «une agence de régulation sur les mutuelles». Car, pour lui, «il va bien falloir réorganiser [le] système de protection sociale et de santé».

«On voit que [le système] ne marche pas. Ce matin toutes les radios nous expliquent que le système est en train de sauter, parce qu'il n'y a plus assez de place dans les services d'urgence, de médecins sur le terrain. Une simple épidémie de grippe est en train de paralyser le système. Ce qui montre que quand Madame Touraine explique que tout va bien, que tout est formidable, que c'est le programme de François Fillon qui menace la Sécurité sociale, ça n'a juste aucun sens», a-t-il contre-attaqué.

Alors qu'on lui demandait s'il avait changé de position, notamment sur la question des mutuelles, l'ex-locataire de Matignon a concédé: «Il y a parfois des porte-parole qui sont un peu rapides, puis, comme on est en train de fusionner des équipes qui faisaient campagne pour des candidats différents, il y a encore un peu de réglages à faire, je le reconnais.»

Lire aussi : François Fillon rencontrera Angela Merkel pour discuter de l'avenir de l’UE

François Fillon est attaqué depuis sa victoire à la primaire de la droite, fin novembre, sur ses propositions sur la Sécurité sociale. Gauche comme FN les jugent «brutales».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales