«Omniprésence religieuse» et licenciements : quand Jean-Christophe Lagarde provoque une polémique

«Omniprésence religieuse» et licenciements : quand Jean-Christophe Lagarde provoque une polémique© Fred Dufour Source: AFP
L'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois a été fermée en décembre 2013 par l'entreprise malgré l'opposition de la CGT

Le député-maire de Drancy, en liant la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois en 2013 à une «omniprésence religieuse» a provoqué une tempête médiatique. La CGT, le groupe PSA ainsi que le FN ont réagi aux propos du président de l'UDI.

Interrogé sur les dérives communautaristes liées à l’islam, le député-maire de Drancy Jean-Christophe Lagarde a lancé lors d'une interview sur France Info le 3 janvier : «Il y a eu des difficultés y compris dans mon département, par exemple à Aulnay-sous-Bois. On ne l’a jamais dit, mais une partie de la fermeture de PSA était liée aussi à l’omniprésence religieuse et au fait qu’il y avait des exigences religieuses dans le travail, d’arrêt de travail, de baisse de productivité, et dans le choix de PSA de fermer Aulnay, il y a eu aussi cet aspect-là.»

L'annonce par Jean-Christophe Lagarde, par ailleurs président de l'UDI, liant la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois à une «omniprésence religieuse» a immédiatement suscité une violente polémique, certains croyant y déceler une attaque contre l'islam.

Le député-maire de Drancy a confirmé ses propos lors d'une nouvelle interview le 3 janvier sur Europe 1 en affirmant que la fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois avait été «en partie guidée par les difficultés relationnelles, syndicales, sociales qui existaient mais également à ce que [les dirigeants de PSA] estimaient être une omniprésence du fait religieux au travail».

«Je ne cherchais pas à briser un tabou, mais je ne vais certainement pas me taire parce que ça existe aussi. Je pense que la religion n’a pas sa place au travail», a encore martelé Jean-Christophe Lagarde.

Réactions immédiates de la CGT, de PSA et de politiques

Interrogé le 4 janvier par France 3 Paris Ile-de-France, Jean-Pierre Mercier, délégué syndical de la CGT du groupe PSA Peugeot-Citroën, a qualifié de «saloperie» la déclaration de l'élu de Seine-Saint-Denis. Le syndicaliste a précisé que «les principaux aménagements du temps de travail étaient prévus pour les fêtes chrétiennes (Pâques, Noël…)», avant d'ajouter : «Seule la rupture du jeûne pour le Ramadan était prise en compte avec une pause plus longue pour tous les employés … et rattrapée ensuite sur le temps de travail».

Une autre syndicaliste, interrogée par Europe 1, a quant à elle pointé une contradiction dans le raisonnement du député-maire de Drancy : «PSA construit en ce moment une usine au Maroc. Vous voyez bien que c'est une histoire de pognon, pas de religion».

Le groupe PSA a, pour sa part, refusé de commenter directement les propos de Jean-Christophe Lagarde. Dans l'hebdomadaire Marianne, Pierre-Olivier Salmon, porte-parole du constructeur automobile a ainsi déclaré : «Je n’ai aucun commentaire à faire sur ce point. Cette affirmation ne relève que de la responsabilité de celui qui l’a formulée». Il a toutefois apporté des éléments de réponse sur les causes de la fermeture du site en précisant :  «La fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois est à mettre en perspective avec la situation du groupe entre 2010 et 2013. Il a fallu prendre des mesures pour en assurer la pérennité.»

Le Parti communiste français a également réagi au travers d'un communiqué de la fédération PCF de Seine-Saint-Denis. Dans ce texte il qualifie la déclaration de Jean-Christophe Lagarde «d'islamophobe» et décalre que des «milliers de salariés de PSA Aulnay, musulmans ou non, se sont battus ensemble pour sauver leur emploi ou avancer vers leur reclassement, comme l'a révélé le documentaire "Comme des Lions"» (en référence au documentaire réalisé par Françoise Davisse en 2016). Le PCF tance par ailleurs vertement le député-maire de Drancy : «[Les salariés] n'ont pas eu votre soutien [Jean-Christophe] Lagarde et vous venez les insulter trois ans après».

Jordan Bardella, responsable départemental du Front national en Seine-Saint-Denis, a également réagi sur Twitter en déplorant, selon ses mots, la menace que ferait peser l'islamisme sur l'identité nationale et l'emploi.

Twitter s'enflamme

Les réactions ne se sont pas fait attendre sur Twitter. Certains utilisateurs n'ont pas hésité à rebondir sur les propos de Jean-Christophe Lagarde pour poser à leur tour la question du rapport entre l'islam et le travail.

Des utilisateurs ont également lié la fermeture du site à l'islam en général et à l'immigration. 

D'autres utilisateurs ont néanmoins moqué l'argument «d'omniprésence religieuse» en rappelant l'ouverture programmée d'une usine PSA au Maroc. 

L’usine PSA d’Aulnay employait un grand nombre de travailleurs de confession musulmane. A l'instar d'autres sites de production du groupe PSA, l'usine abritait également une salle de prière depuis les années 1980 et les pauses déjeuners étaient aménagées pendant le ramadan.

PSA Peugeot Citroën a fermé en décembre 2013 son usine d’Aulnay-sous-Bois, qui employait encore 3 000 salariés à l’été 2012. Depuis le 1er janvier 2013, l'entreprise a supprimé 17 000 des 57 000 emplois que compte sa branche automobile en France. 

Lire aussi : Courbe du chômage : «les chiffres sont trafiqués», dénoncent certains politiques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales