«Bachar el-Assad doit-il rester à la tête de la Syrie ?» : le sondage en ligne (risqué) du «Figaro»

«Bachar el-Assad doit-il rester à la tête de la Syrie ?» : le sondage en ligne (risqué) du «Figaro»
Nicolas Sarkozy et Bachar el-Assad en novembre 2009, photo ©Gonzalo Fuentes/Reuters

C'est le genre de sondage en ligne qui n'a, a priori, aucune valeur scientifique, mais dont le résultat peut être symbolique. Les lecteurs du «Figaro» ont répondu «oui» à plus de 58 % pour le maintien de Bachar el-Assad. Qu'en pense le Quai d'Orsay ?

«Souhaitez-vous que Bachar el-Assad reste à la tête de la Syrie ?» : c'est la question qu'a posée le Figaro à ses lecteurs, abonnés ou non. Une sorte de sondage ouvert, puisque n'importe qui peut y participer. Les quelque 88 745 internautes-votants ont décidé à 58 % de garder le chef d'Etat syrien au pouvoir.

Sur Twitter, les deux camps ont battu le rappel afin de l'emporter. Le sondage est même tombé dans le radar d'un certain @Syrielibre3, qui promeut en Iran un équivalent des révolutions du «Printemps arabe».

Bachar est-il méchant ou, étant donné qu'il se bat contre certains méchants plus méchants, est-il un peu gentil ? Ou moins méchant que les méchants, donc tolérable ?

Ces sondages en ligne, n'ont aucune valeur scientifique, mais se retournent parfois contre les médias qui les ont lancés. Le Figaro sera-t-il embarrassé par le résultat, à l'instar de BFM TV qui avait retiré en 2014, un sondage proposé à ses spectateurs concernant la popularité de François Hollande dont le résultat contredisait une enquête d'opinion de l'institut Ifop ?

La ligne éditoriale, plus mesurée quant au conflit syrien, du plus ancien quotidien français, et ses pages du Figarovox, font penser que le résultat serait moins gênant pour le journal que pour, par exemple, Libération.

Lire aussi : Bourdin demande aux internautes si les médias mentent... et le regrette aussitôt

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales