Après le reportage à Sevran, Collard interpelle Le Roux de peur que la France ne devienne «le bled»

Après le reportage à Sevran, Collard interpelle Le Roux de peur que la France ne devienne «le bled»© Capture d'écran Twitter France 2
Des femmes s'étaient vus refuser l'entrée dans le débit de boisson

Choqué par le sujet de France 2 montrant des hommes interdisant à des femmes de fréquenter un bar de Sevran, le député Gilbert Collard a adressé une question écrite au ministre de l'Intérieur pour le questionner sur la fermeture de l'établissement.

Pour l'élu Rassemblement Bleu Marine Gilbert Collard, le reportage diffusé par France Télévisions concernant les zones interdites aux femmes dans la ville de Sevran est démonstratif d'une «misogynie indigne». Le député s'est particulièrement indigné de la situation du débit de boisson présent dans le sujet, dont les gérants et les clients auraient fait preuve d'un «refus discriminatoire de vente et de service» constituant «bien évidemment une atteinte à la moralité et à l’ordre publics».

Selon Gilbert Collard, cette infraction présumée aurait dû conduire le Préfet de Seine-Saint-Denis «à ordonner le fermeture du débit de boisson concerné». Par cette question écrite, publiée sur son blog sous le titre «Pour que ma France ne soit pas le bled», le député a ainsi souhaité savoir «si le ministère de l’intérieur [allait] procéder à cette mesure si elle n’[était] pas déjà édictée, et si les Préfets [avaient] reçu l’ordre d’ordonner la clôture au moins temporaire de tout café qui se livrerait à de telles pratiques discriminatoires, tout particulièrement à l’égard des femmes».

Le reportage, diffusé le 7 décembre sur la chaîne publique, avait défrayé la chronique, suscitant de nombreuses réactions indignées dans l'opinion publique et la classe politique française.

Lire aussi : Des femmes indésirables dans un café : la classe politique choquée par un reportage de France 2

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales