Un Calaisien menace de défenestrer un nourrisson pour obtenir un verre d'alcool

Un Calaisien menace de défenestrer un nourrisson pour obtenir un verre d'alcool Source: Reuters

Les habitants du Nord se passeraient bien des clichés qui associent leur région à l'alcool... mais certains événements jouent parfois contre eux. Vendredi soir, un homme a été arrêté à Calais pour un fait aussi stupéfiant que glaçant.

C'est une soirée très alcoolisée qui a dégénéré vendredi 25 novembre dernier à Calais, raconte La Voix du Nord. Alors qu'on refusait de lui servir un autre verre d'alcool, jugeant qu'il avait déjà trop bu, un homme de 52 ans s'est saisi de l'enfant de l'un des convives, âgé d'à peine trois mois, et l'a suspendu dans le vide par la fenêtre, se servant de lui comme otage afin qu'on l'autorise à boire de nouveau.

Les autres invités interviennent immédiatement et parviennent à maîtriser l'homme, qu'ils expulsent finalement de l'appartement. Choqués, ils appellent alors la police, qui interpelle l'individu quelques minutes plus tard, titubant dans les rues de Calais, tandis qu'il tentait de regagner son domicile.

Il est bien connu des services, notamment pour des faits de violence et de détention d’armes : au moment de son arrestation, il portait d’ailleurs sur lui un couteau. Les policiers l'ont placé en garde à vue pour «menace sous conditions» et «tentative d'homicide sur mineur de moins de quinze ans». La peine encourue pour ces actes est de cinq à trente ans de réclusion. 

Le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, Pascal Marconville, a indiqué que l'audition des témoins s'était révélée chaotique et pour le moins difficile, tant leur état d'ébriété était avancé. «Ils se sont présentés dans un état totalement comateux», a-t-il ajouté, précisant que le petit garçon avait été conduit à l'hôpital, mais qu'il était parfaitement sain et sauf.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales