Bernard de la Villardière dénonce «l'idéologie multiculturaliste à la con» des «bobos de merde»

Bernard de la Villardière dénonce «l'idéologie multiculturaliste à la con» des «bobos de merde» Source: AFP

Interviewé par le magazine Society, Bernard de la Villardière est revenu sur la polémique suscitée par son émission Dossier Tabou consacrée à l'islam en banlieue. Il accuse la presse d'être soumise à «l'idéologie bobo de merde».

Dans un entretien accordé au magazine Society, paru vendredi 25 novembre, le présentateur Bernard de la Villardière a livré sa vision des médias et de la situation du journalisme en France, en des termes pour le moins directs.

«C'est difficile pour les journaux en ce moment. En même temps, quand on regarde le contenu...», a-t-il commencé, avant d'ajouter : «L'Express, bon bah c'est devenu un journal bobo con, avec cette idéologie bobo de merde que je déteste de plus en plus.» Invité à préciser ce qu'il entendait par le terme «bobo», le présentateur a développé : «Bobo, c'est l'idéologie multiculturaliste à la con. Tout va bien dans le meilleur des mondes, etc. C'était sympa dans les années 70. Mais là, c'est juste con.»

Dans un langage plutôt fleuri, Bernard de la Villardière a fait allusion à la polémique qu'avait déclenchée la diffusion d'un épisode de son émission Dossier Tabou, intitulé «L'islam en France, la République en échec». Une séquence dans laquelle on le voyait se faire violemment prendre à partie par des jeunes de Sevran avait suscité de nombreuses réactions jusque dans la presse. Si certains y voyaient là la preuve de l'existence de «zones de non-droit» sur le sol français, d'autres avançaient que le présentateur aurait eu recours à un montage malhonnête et aurait «manqué de respect» à ses agresseurs.

«J'ai eu beaucoup de retours positifs sur cette séquence, vous savez ? Mais, comme d'habitude, la presse bobo s'est offusquée. À chaque fois qu'il y a une polémique, ce sont les mêmes !», note Bernard de la Villardière dans son entretien.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales