Attentat déjoué à Paris : 5 suspects présentés à la justice, un donneur d'ordre en Irak ou en Syrie

Attentat déjoué à Paris : 5 suspects présentés à la justice, un donneur d'ordre en Irak ou en Syrie© Alain Jocard Source: AFP
Le procureur de la République de Paris François Molins a révélé des détails sur le projet d'attentat déjoué, qui était prévu dans la capitale française le 1 décembre.

Selon les informations révélées par le procureur, quatre Français et un Marocain ont été présentés à la justice pour un projet déjoué d'attentat terroriste à Paris qui aurait été commandé à distance depuis la zone irako-syrienne.

En conférence de presse, le procureur de la République de Paris François Molins a donné plus d'informations sur l'enquête en cours après la récente arrestation de plusieurs suspects à Strasbourg et Marseille pour un projet d'attentat prévu le 1er décembre dans la capitale française.

Qualifiés d'«opérationnels de Daesh», cinq suspects (quatre Français et un Marocain) ont été présentés à la justice le 25 novembre, en vue d'une mise en examen par des juges antiterroristes, a indiqué François Molins.

Il a ajouté que «le commando de Strasbourg, mais aussi l'individu interpellé à Marseille, disposaient d'instructions communes [...] communiquées par un donneur d'ordre depuis la zone irako-syrienne par le biais d'applications cryptées.» Il a en outre révélé que des «écrits très clairs d'allégeance à Daesh et glorifiant la mort en martyr» avaient été retrouvés lors des perquisitions. 

Si une source proche de l'enquête a récemment fait savoir à l'AFP que les Champs-Elysées ou le parc Disneyland étaient visés par les djihadistes présumés, le procureur de la République de Paris a de son côté assuré qu'on ne pouvait pas pour l'heure déterminer avec précision les cibles.

Une information judiciaire a été ouverte pour «des chefs de participation à une association de malfaiteurs terroristes en vue de la préparation de crimes d'atteinte aux personnes, d'acquisition, détention, transport, offre et cession illégale d'armes et de munitions de catégories A et B, le tout en réunion et en relation avec une entreprise terroriste». Le parquet a requis une détention provisoire pour les cinq hommes.

Sept personnes, de nationalités française, marocaine et afghane, ont été interpellées dans la nuit du 19 au 20 novembre à Strasbourg et Marseille, dans le cadre d'une opération antiterroriste prévue depuis de nombreux mois, avait révélé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Lire aussi : Interpellations à Strasbourg et Marseille : les sept suspects étaient déterminés à faire un carnage

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»