Après la polémique de la campagne anti-VIH, celle de AIDES a de quoi vous surprendre !

Après la polémique de la campagne anti-VIH, celle de AIDES a de quoi vous surprendre ! © Capture d'écran Twitter

La campagne de lutte contre le VIH mise en place par le ministère de la santé a suscité la controverse, de nombreux maires de droite l'ayant retirée de leur communes. L'association AIDES sort à son tour une série de clichés pour le moins évocateurs.

Si la campagne anti-VIH du ministère de la santé était déjà bien osée voire choquante pour certains, l'association de lute contre le sida AIDES est allée encore plus loin.

L’association a en effet publié une série de clichés très évocateurs mettant en scène des corps d'hommes et de femmes dénudés, sculptés et aux positions on ne peut plus suggestives pour tourner en dérision l'idée que certains pourraient avoir des personnes séropositives, c'est à dire atteintes par le VIH.

Les photos sont certes osées. Lorsqu'elles ne montrent pas Karim, prof de danse, soulever son élève par les cuisses dans le plus simple appareil ...

... elles révèlent Pauline, monitrice de plongée, enlacée à son apprenti sous l'eau dans une position semblant refléter bien plus qu'une accolade amicale. 

Il y a aussi David, instructeur parachutiste, qui semble s'envoyer en l'air avec son élève ...

... et Thomas, premier prix du conservatoire, qui a l'air d'être expert dans d'autres domaines que le piano ...

Le message présent sur le affiches est lui, très clair, voulant montrer la beauté des séropositifs qui, lorsqu'ils sont sous traitement antirétroviral ne représentent aucun danger de contamination pour leur partenaire et peuvent donc mener une vie tout à fait normal, exerçant des métiers passionnants. 

Contrairement à la campagne du ministère de la Santé, le monde politique n'a pas encore réagi à ces clichés. 

Par ailleurs, l'association AIDES a souhaité faire un clin d’œil à cette campagne décriée, assurant qu'elle la soutenait pleinement.

Lire aussi : Sida: la gauche s'indigne de la censure par certains maires d'une campagne de prévention «choquante»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.