Corse : la sous-préfecture de Corte attaquée au cocktail Molotov

Corse : la sous-préfecture de Corte attaquée au cocktail Molotov
La sous-préfecture de Corte, taguée en 2012 ©PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Une dizaine de cocktails Molotov ont été lancés contre la façade de la sous-préfecture de Corte dans la soirée du 17 novembre 2016. Quelques heures plus tôt, deux supporters du club de foot du SC Bastia avait été mis en examen.

Les faits ont eu lieu «aux alentours de 23h30», selon les services de la préfecture. La dizaine de cocktails Molotov lancés contre la façade du siège de la sous-préfecture ont occasionné des dégâts importants, mais le feu a toutefois été maîtrisé par les pompiers avant qu'il ne gagne le reste du bâtiment administratif.

Sans qu'il n'y ait de lien avéré, quelques heures avant cette attaque incendiaire, deux hommes, supporters du SC Bastia, avaient été mis en examen pour association de malfaiteurs dans le cadre d'une enquête concernant la découverte d'explosifs à Bastia en février 2016. Quelques heures avant l'attaque de la préfecture, la police avait déjà découvert dans les environs de la sous-préfecture quelque 15 cocktails Molotov, lors d'un rassemblement de soutien aux deux supporters mis en examen.

Le parquet de Bastia a ouvert une enquête sur l'attaque incendiaire et ce 18 novembre, la police scientifique poursuivait ses constatations. Un graffiti nationaliste «Libertà AFF», «A Francià Fora», soit «La France dehors» a également été relevé sur les lieux. Selon le directeur de cabinet du préfet de Corse, l'île connaît un «climat général de tension». En octobre dernier, de violents affrontements avaient ainsi opposé les forces de l'ordre et des manifestants, lesquels protestaient contre la condamnation de trois nationalistes.

Lire aussi : Corse : des cocktails Molotov lancés en marge d'une manifestation nationaliste à Bastia (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales