Un terroriste présumé des attentats de Bruxelles aurait refusé de s'exprimer en présence du FBI

Un terroriste présumé des attentats de Bruxelles aurait refusé de s'exprimer en présence du FBI© MANDEL NGAN Source: AFP

Les services de renseignement américains auraient souhaité être présents lors des auditions menées par les enquêteurs belges auprès de Mohamed Abrini, «l'homme au chapeau» des attaques de Bruxelles... mais celui-ci aurait refusé leur présence.

D'après des informations rapportées par le journal belge La Dernière Heure mardi 15 novembre, le FBI aurait cherché à assister aux auditions en Belgique de l'un des principaux suspects des attentats de Bruxelles du 22 mars dernier, celle de Mohamed Abrini. Or, celui-ci aurait refusé de répondre aux questions des enquêteurs si des membres de la police fédérale américaine étaient présents.

Même si le parquet fédéral belge, interrogé par le journal, n'a pas confirmé ces informations, il a néanmoins rappelé l'existence d'une Joint investigation team (équipe d'enquête commune) américano-belge sur les attaques terroristes de Bruxelles – une équipe dont la création avait été annoncée en mai dernier par le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw. Le parquet avait en outre fait savoir que c'était grâce au logiciel de reconnaissance faciale du FBI que l'identification de Mohamed Abrini, au lendemain des attentats, avait pu être réalisée.

S'il semble particulièrement méfiant vis-à-vis du FBI, le membre belge du groupe terroriste Etat islamique (EI) se montrerait nettement plus coopératif avec les services de renseignement... britanniques : fin juin, le Sunday Times avait en effet assuré que l'islamiste de 31 ans avait transmis de nombreuses informations aux autorités du Royaume-Uni, au sujet de complots terroristes ou de sympathisants djihadistes de Grande-Bretagne.

Un djihadiste de l'EI impliqué dans les attentats de Bruxelles et de Paris

Actuellement détenu à la prison de Bruges, en Belgique, Mohamed Abrini est soupçonné d'être impliqué dans les attentats de Bruxelles, qui ont causé la mort de 32 personnes au printemps dernier, mais aussi dans ceux de Paris en novembre 2015, qui ont fait 130 morts. Au lendemain de son arrestation à Bruxelles le 9 avril, il avait reconnu être «l'homme au chapeau» qui avait accompagné les deux kamikazes qui se sont fait sauter dans l'aéroport de la capitale belge.

Mohamed Abrini avait par ailleurs été filmé en compagnie de Salah Abdeslam, suspect-clé de la tuerie de Paris, deux jours avant celle-ci, dans une station-service de l'Oise (au nord de la capitale). Les deux individus circulaient alors dans une voiture utilisée par la suite pour les déplacements des membres des commandos djihadistes.

Lire aussi : Les auteurs des attentats de Bruxelles visaient-ils les vols pour Moscou, Washington et Tel Aviv ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales