Un journaliste refuse la Légion d'honneur et dénonce l'état de la liberté de la presse en France

Un journaliste refuse la Légion d'honneur et dénonce l'état de la liberté de la presse en France© Capture d'écran YouTube, @Amis Diplo
Le journaliste Hervé Kempf

Le journaliste Hervé Kempf a rejeté la prestigieuse décoration que lui a proposée le cabinet de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, critiquant le rôle du gouvernement dans la limitation de la liberté des médias en France.

«Je vous remercie de votre attention, mais ai l’honneur de refuser cette distinction. Elle me parait tout à fait incompatible avec l’exercice du métier de journaliste, dont un principe de base est, pour assurer sa liberté, de se tenir à distance des personnes de pouvoir.»

Dans un éditorial au ton acide publié dans le magazine en ligne écologiste Reporterre, son rédacteur en chef, Hervé Kempf, révèle avoir été contacté par le cabinet de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal afin d'être décoré de l'ordre national de la Légion d'honneur... et annonce publiquement son refus.

Une capture d'écran d'un mail envoyé par le chef du cabinet adjoint de la membre du gouvernement, dévoilée dans l'article, témoigne en effet de la proposition accordée au journaliste pour son «action en faveur de l'environnement et du développement durable».

Un journaliste refuse la Légion d'honneur et dénonce l'état de la liberté de la presse en France© Capture d'écran du site reporterre.net
Mail envoyé par le chef du cabinet de Ségolène Royal à Hervé Kempf

Lire aussi : Alain Nicolas rend sa légion d’honneur pour protester contre celle remise au prince saoudien Nayef

Hervé Kempf : Le gouvernement «n’a rien fait pour limiter les atteintes à la liberté d’informer»

Selon Hervé Kempf, accepter une telle décoration de la part du gouvernement Valls aurait été d'autant plus déplacé que celui-ci «n’a rien fait, au contraire, pour limiter le pouvoir des oligarques et les atteintes à la liberté d’informer». Car le tableau que le journaliste dépeint sur la liberté de la presse dans la France d'aujourd'hui s'avère sombre : mainmise de milliardaires ou de grands groupes sur la grande majorité des médias, lois «attaquant» la liberté de la presse (loi sur «le secret des affaires» de 2015 ou projet de loi «Egalité et citoyenneté») et multiplication des violences ciblant les journalistes sont autant d'exemples qui poussent le rédacteur en chef à tirer la sonnette d'alarme.

Enfonçant le clou, l'éditorial se conclut en rappelant que Reporterre ne reçoit aucune aide publique, au contraire de grands quotidiens nationaux détenus par des milliardaires tels que Le Monde, Le Figaro et Libération... et en évoquant le refus récent de Ségolène Royal d'accorder une interview au magazine écologiste !

Lire aussi : Ségolène Royal candidate pour 2017 ? Les internautes rient jaune

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»