Primaire de la droite : les candidats en grand oral devant les chefs d'entreprises

Source: Reuters

A cinq semaines de la primaire de la droite, six des sept candidats ont passé un grand oral devant des entrepreneurs rassemblés à Paris par la CGPME, chacun tentant de faire entendre sa différence malgré l'homogénéité relative de leurs programmes.

Quatre jours après leur premier débat télévisé, les candidats sont intervenus l'un après l'autre, sans jamais se croiser. François Fillon était absent pour cause de déplacement au Maroc, mais il est attendu mardi 18 octobre.  

«L'Etat doit se fixer pour règle de laisser les entreprises tranquilles», a affirmé Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate.

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, l'Etat doit faire preuve d'«humilité», son rôle étant de «donner un cadre» pour que les entrepreneurs «puissent faire leur boulot».  

«Ce n'est pas moi qui vais faire baisser le chômage» ou «aller chercher la croissance avec les dents. C'est vous», a assuré Bruno Le Maire, ajoutant que le gouvernement était là pour «donner l'environnement» permettant aux entreprises d'agir.

Malgré les piques et les différences de points de vue, plusieurs points communs ressortent entre les candidats : la «liberté» revendiquée pour les entreprises, la baisse des dépenses publiques et des impôts (NKM veut le faire d'«emblée», les autres durant le quinquennat), augmentation de l'âge du départ à la retraite, suppression du compte pénibilité, suppression de l'ISF, ou, pour NKM, sa transformation.

«Il faut dire les choses clairement», a plaidé Alain Juppé, contrairement, selon lui, à François Hollande, «qui n'avait pas dit qu'il réformerait le code du travail».

L'ex-Premier ministre a aussi promis la «stabilité» de son gouvernement, regrettant que «les ministres valsent», avec notamment «six ministres de l'Economie en neuf ans». 

L'exercice s'est par ailleurs accompagné de quelques piques. Ainsi, Nathalie Kosciusko-Morizet ne voit pas à quoi sert la proposition de Nicolas Sarkozy d'un référendum sur la baisse du nombre de députés.

Bruno Le Maire a taclé ceux qui veulent augmenter la TVA, comme Juppé ou Fillon. «Ca, c'est la politique des socialistes», a-t-il dit.

Jean-François Copé, lui, s'en est pris à Nicolas Sarkozy: «Il faut que ceux qui sont battus comprennent que ce n'est pas la peine qu'ils reviennent à chaque fois». 

L'ex-chef de l'Etat a préféré se concentrer sur ses propositions, déclarant que «les 35 directeurs d'administration centrale [seraient] changés», les nouveaux partageant tous «les avis et convictions» de leurs ministres.

«Vous allez me demander pourquoi ce que je propose, je ne l'ai pas fait avant», a dit Nicolas Sarkozy, pour défendre son bilan. Réponse : «J'ai gagné en 2007, j'ai appris en 2012, je suis prêt pour 2017».

Lire aussi : Entre exaspération et satisfaction, les politiques réagissent au débat de la primaire de droite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales