Entre exaspération et satisfaction, les politiques réagissent au débat de la primaire de droite

© Philippe Wojazer Source: AFP

A défaut d’avoir convaincu tout le monde, le premier débat de la primaire de droite a permis aux politiques de tous bords, du FN au PS en passant par Les Républicains, de réaffirmer leurs positions à l'égard des candidats sur les réseaux sociaux.

De la satisfaction...

Alain Juppé engrange les soutiens

Donné gagnant par un sondage de l'institut Sofres réalisé auprès des téléspectateurs après l’émission, le maire de Bordeaux a fait l'objet de tweets favorables, et pas uniquement de la part de membres de son parti.

Outre l'enthousiasme de l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, des supporters d'Alain Juppé se sont même manifestés depuis Montréal, au Canada, où le député des Français d’Amérique du Nord Frédéric Lefebvre, soutien affirmé du candidat bordelais, a suivi le débat.

Au-delà des membres du parti Les Républicains, le parti de centre-droit Union des démocrates et indépendants (UDI) a réitéré son soutien à Alain Juppé, à l’image des tweets envoyés par le sénateur Jean-François Longeot et même par le président du parti, Jean-Christophe Lagarde.

Lire aussi : Primaire de droite : Juppé sort gagnant du débat, selon un sondage

Nicolas Sarkozy présenté en «leader»

A l'issue de l'émission, l’ancien président de la République a pour sa part reçu les félicitations de la porte-parole du parti Les Républicains Valérie Debord.

Quant à Christophe Frassa, sénateur des Français de l’étranger, il n’a eu d’yeux que pour Nicolas Sarkozy durant les discussions, et l'a rappelé sur Twitter.

François Fillon, «le plus convaincant»

De manière somme toute logique, Valérie Boyer, la porte-parole de François Fillon a apporté son soutien… à François Fillon.

Nicolas Dhuicq, député LR et secrétaire du groupe d’amitié France-Russie, a lui aussi rappelé son appartenance au camp des fillonistes.

Le candidat à la primaire de droite a par ailleurs été élu participant «le plus convaincant» à la sortie du plateau, selon l’application de sondage en temps réel GOV.

Jean-Frédéric Poisson, une révélation ?

Candidat sans doute le moins célèbre avant le débat, le président du parti chrétien démocrate Jean-Frédéric Poisson a pour sa part réussi l'exploit de devenir, à l'issue de l'émission, le participant le plus recherché par région sur le web selon l'outil de recherche Google Trends.

Christine Boutin, la présidente d’honneur de son parti, a profité de sa prestation pour rappeler son enthousiasme quant à sa candidature.

... à l'exaspération

Le FN et Debout La France attaquent le manque de fond du débat

D’autres réactions se sont avérées moins élogieuses. Ainsi, le vice-président du Front national Florian Philippot a ironiquement déclaré que Marine Le Pen était sortie gagnante de la soirée, une prouesse somme toute remarquable puisque la présidente frontiste ne participait pas à l’émission.

Le secrétaire général du parti Nicolas Bay a lui aussi vivement critiqué le manque de fond du débat, tout comme le président du parti Debout La France Nicolas Dupont-Aignan, qui ne s'est guère montré plus tendre dans son analyse.

Face aux attaques contre Hollande, le Parti socialiste veut faire front

Le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis s'est pour sa part plaint des attaques contre le président François Hollande, dont le bilan a été pris pour cible à de nombreuses reprises par les candidats lors du débat.

Ce fut également l'occasion pour les membres du Parti socialiste de dénoncer des attaques verbales faites contre le modèle social français, à l'image des tweets de l’ancien ministre du Travail François Rebsamen et du député Jean-Louis Gagnaire.

Lire aussi : Primaire à droite : laïcité, terrorisme, identité - tous d'accord ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales