Justice : Fillon attaque Jouyet et les journalistes du Monde au tribunal

Selon Le Monde, François Fillon aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet de «taper fort» sur Sarkozy© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Selon Le Monde, François Fillon aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet de «taper fort» sur Sarkozy

François Fillon a toujours nié être intervenu auprès du gouvernement pour «accélérer» les procédures judiciaires visant Nicolas Sarkozy. Les différents protagonistes, Fillon, Jouyet et les journalistes du Monde, se retrouvent au tribunal.

Le tribunal correctionnel de Paris va accueillir aujourd'hui des justiciables peu banals. A la barre : François Fillon, ex-Premier ministre, Jean-Pierre Jouyet, actuel secrétaire général de l'Elysée, et deux journalistes du Monde, Fabrice Lhomme et Gérard Davet.

François Fillon poursuit en effet, Jouyet, les journalistes, Le Monde et leur éditeur en «diffamation» après les révélations du quotidien du soir selon lesquelles il serait intervenu auprès de Jouyet pour accélérer les procédures judiciaires visant Nicolas Sarkozy.

Selon Le Monde la rencontre entre Fillon et Jean-Pierre Jouyet aurait eu lieu dans un restaurant parisien au printemps 2014. Pendant ce repas, l'ex-Premier ministre aurait ainsi demandé au secrétaire général de l'Elysée, considéré comme un très proche du chef de l'Etat, de «taper fort» sur Sarkozy pour empêcher son retour en politique.

François Fillon a toujours nié avoir tenu de tels propos. Il est soutenu par son ex-directeur de cabinet, Antoine Gosset-Grainville, qui était présent ce jour-là lors du déjeuner.

Cette croustillante affaire avait secoué le landerneau médiatico-politique durant plusieurs semaines, d'autant plus que Jean-Pierre Jouyet qui avait dans un premier temps contesté les informations des journalistes du Monde, avait fini par accréditer leur thèse. Fabrice Lhomme et Gérard Davet possèdant un enregistrement de ce dernier, dans lequel il évoque son déjeuner «secret» avec François Fillon.

L'audience doit se dérouler toute la journée, le jugement pourrait être mis en délibéré et ne pas être connu avant plusieurs semaines.

François Fillon demande un euro symbolique de dommages et intérêt. «L'honneur n'ayant pas de valeur pécuniaire» explique son avaocat.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales