Lille : un groupe d’antifascistes veut tagguer un bar identitaire et… se trompe de bâtiment

© Action antifasciste NP2C - Facebook

Une petite dizaine d’activistes antifascistes a voulu dénoncer à coups de graffitis l’ouverture imminente d’un bar de la mouvance identitaire à Lille. Le problème ? Confondant les numéros, ils s’en sont pris à la façade d'un immeuble voisin.

C’est ce qu’on appelle plus communément un fiasco. Le 15 septembre au soir, le groupe Action Antifasciste NP2C a fièrement revendiqué sur Facebook avoir «visité et redécoré le futur local des identitaires», qui doivent ouvrir un bar controversé baptisé «La Citadelle», au numéro 8 d’une rue de l’est de Lille.

Malheureusement, l’action revendicatrice a immédiatement tourné au vinaigre, les activistes maladroits s’en prenant à la façade du numéro 10 de la rue, où se trouve une agence immobilière qui n’a, elle, aucun lien avec les identitaires.

Contacté par RT France, l’un des locataires de l’immeuble dégradé n’a pu que constater les dégâts. Des graffitis «Antifas» et «pas de fascistes dans nos quartiers», accompagnés de quelques stickers du même acabit, ornaient en effet sa façade en grès, particulièrement «difficile à nettoyer».

Une plainte sera déposée.

Un reportage de France 3 à l’origine du quiproquo

A l’origine du malentendu, un reportage sur l’ouverture du bar controversé sur la chaîne France 3 régions, avait diffusé des images de la mauvaise adresse, le numéro 10 de la rue, laissant croire qu’il s’agissait de l’emplacement où ouvrirait «La Citadelle».

Un autre locataire de l’immeuble pris pour cible par erreur, qui se décrit comme n’étant pas lui-même «un Français de souche», a indiqué à RT France qu’il avait contacté les activistes pour leur signaler leur erreur.

Ceux-ci se sont alors excusés en privé mais, bien qu'aucune trace de démenti de l’action manquée n'apparaisse sur leur page Facebook.

S’il ne cautionne pas la dégradation de son lieu de vie, le riverain confie pourtant être, lui aussi, fermement opposé à l’ouverture du bar identitaire. Il assure même comprendre les agissements du groupe antifasciste, car, déplore-t-il, «la mairie ne fait rien pour interdire» l’ouverture de l’établissement.

Alors qu’il n’est même pas ouvert, le futur bar de la mouvance identitaire française «La Citadelle» fait déjà beaucoup parler de lui à Lille. Une manifestation réclamant son interdiction est prévue pour le 24 septembre alors qu’une pétition allant dans le même sens, publiée sur le site Change.org, a déjà récolté plus de 15 000 signatures.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales