Valence : le local de l'association franco-turque incendié au cocktail molotov (VIDEO)

Source : Twitter
Source : Twitter

Dans la nuit du 21 au 22 août, un incendie a ravagé les locaux de l'association franco-turque de Valence. L'incendie est vraisemblablement d'origine criminelle et ces même locaux avaient déjà été incendié en juillet.

Le local de l'association franco-turque de Valence a été la cible de dégradations dans la nuit du 21 au 22 août : les locaux ont été incendié au cocktail molotov et le sinistre a causé d'importants dégâts.

Vers 4h du matin, les malfaiteurs auraient tenté de fracturer la porte vitrée du local et auraient jeté des cocktails molotov sur les tables et les chaises qui se trouvaient à l'extérieur. L'avant-toit du local à entièrement disparu dans les flammes.

D'après les images de la vidéo-surveillance, les incendiaires seraient au moins deux, dont l'un portait une cagoule.

Une attaque de la communauté kurde ou islamophobie ? 

Les incidents de ce type se multiplient dans la région : c'est déjà le second incendie qui touche ce local à Valence. Au début du mois d'août, les locaux de l'association franco-turque de Montélimar avaient eux aussi subi une attaque similaire, l'inscription «PKK» pour le Parti des Travailleurs du Kurdistan, ayant été apposée sur sa façade. La police judiciaire de Valence est chargée de l'enquête.

Le 24 juillet, c'est la mosquée de Valence qui avait été victime d'une attaque du même genre. «Cette nuit notre association à été victime d’un incendie criminel de la part de lâches, l’incendie n’a causé que des dégâts matériels, on remercie ALLAH. On voit par cela que cette association dérange une minorité mal intentionnée, par les actions et activités qu’elle mène. En aucun cas cela affectera notre unité et notre motivation, bien au contraire», écrivait alors la mosquée dans une publication postée sur sa page Facebook.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales