«Une bande d’excités qui n’ont rien de catholique» : l’abbé de Sainte-Rita condamne l’agression

L'abbé traditionaliste Guillaume de Tanouarn© Thomas de Coex
L'abbé traditionaliste Guillaume de Tanouarn

Après la diffusion d’une vidéo choquante montrant un extrémiste catholique asséner un violent coup au visage d’un passant de couleur, au cours d’une prière de rue devant l’église Sainte-Rita à Paris, l’abbé de Tanoüarn a dénoncé un «geste stupide».

Certains s’étaient réjoui de l’agression, assurant que l’homme terrassé était coupable de «blasphème» et avait été «châtié pour son impolitesse». En charge de l’église parisienne promise à la démolition, devant laquelle s’est déroulée la scène, l’abbé traditionaliste Guillaume de Tanoüar est sorti du silence pour condamner cet acte.

«Une bande d'excités, qui n'ont rien de catholique et qui se prennent pour des soldats du Christ, selon l'intitulé de leur propre film, exaltent leur "haut-fait"», a déploré le religieux dans un billet publié sur son blog personnel.

L’abbé, qui était en charge de l’église avant sa fermeture récente par les forces de l’ordre, a ensuite précisé : «A part l'un d'entre eux, avec qui j'ai déjà eu fort à faire, je ne reconnais aucun des jeunes avec lesquels nous avons défendu Sainte-Rita par la non-violence. Ils font apparemment partie d'un groupe qui est étranger à Sainte-Rita mais profite de l'intervention scandaleuse des forces de l'ordre cet été, pour donner le spectacle de "catholiques radicalisés"».

Jugeant que ce «geste stupide» a engendré une mauvaise publicité, l’abbé de Tanoüarn conclut : «Ce soir Sainte-Rita est outragée par quelques marginaux qui s'intitulent ses défenseurs et qui sont ses fossoyeurs.»

Promise à la démolition depuis plus d’un an et évacuée de force par la police le 3 août 2016 alors qu’elle était occupée par des croyants, l’église Sainte-Rita, dans le XVe arrondissement de Paris, est devenue un symbole pour des dizaines de catholiques traditionalistes. Depuis sa fermeture, plusieurs messes spontanées ont en effet été organisées devant le lieu de culte.

Entre le 15 et le 19 août, une dizaine de personnes se sont rassemblées pour prier dans la rue, devant l’emplacement de l’église. Alors qu’un homme de couleur s’approchait des fidèles, l’un d’eux s’est levé et lui a asséné un violent coup de poing en plein visage, le propulsant au sol.

Auteur: Les Soldats du Christ

Certains se réjouissent de l'agression

La vidéo choquante a été publiée sur plusieurs sites, dont un compte YouTube baptisé «Les Soldats du Christ», et parfois accompagnée de commentaires approuvant le geste.

L’organisation extrémiste chrétienne française Deus Vult, qui organisait la prière de rue, a démenti que l’agresseur soit l'un de ses membres.

«La personne ayant défendu le chapelet devant Sainte Rita en vidéo sur notre page, ne fait pas à notre connaissance parti [sic] de notre mouvement. Cependant, nous restons solidaires de son geste chrétien et lui souhaitons une belle carrière sportive», peut-on lire sur le site du groupuscule.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales