Un juif blessé au couteau à Strasbourg, l’auteur serait atteint de troubles mentaux

La police sur les lieux de l'incident à Strasbourg © Capture d'écran Twitter
La police sur les lieux de l'incident à Strasbourg

Un juif religieux a été attaqué le 19 août au matin, par un individu qui aurait crié «Allah akbar» selon un témoin cité par le JDD. Le journal indique que l'individu, qui a été arrêté par la police, souffrirait de troubles psychiatriques.

La victime arborait des signes religieux distinctifs lorsqu'elle a été agressée, et son agresseur, qui a des antécédents psychiatriques, a pu être interpellé peu après, a-t-on précisé de source policière.

Lire aussi : Un enseignant juif en garde à vue pour la dénonciation mensongère de son agression à Marseille

L'enquête a été confiée aux enquêteurs de la police judiciaire. Le parquet de Strasbourg, pour sa part, s'est borné à confirmer l'interpellation d'un homme, sans plus de détails.

La police s'est refusée à confirmer des informations du Journal du dimanche, selon lesquelles l'agresseur présumé aurait crié «Allah akbar» avant de s'en prendre à sa victime.

Le caractère terroriste de l'attaque aurait d'ores et déjà été écarté selon une source proche de l'enquête. La motivation antisémite n'est pas pour le moment confirmée.

Cité par France Bleu, le grand rabbin de Strasbourg René Gutman, a lui affirmé que l'agresseur présumé était le même homme qui avait attaqué dans des circonstances concordante un autre un juif pratiquant place de l'Homme de Fer à Strasbourg en mai 2010.

Le parquet de Strasbourg avait à l'époque décrit l'agresseur comme un homme souffrant de troubles psychiatriques, «qui pense qu'il fait l'objet d'un complot des juifs» auxquels il attribue «tous les malheurs qui ont pu lui arriver dans la vie».

Lire aussi : Un professeur juif légèrement blessé à Marseille : l'agresseur se revendique de l'Etat islamique


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales