Première condamnation pour consultation «régulière» de sites terroristes : deux ans de prison

© Dado Ruvic Source: Reuters

Pour la première fois en France, le tribunal correctionnel de Chartres a condamné un apprenti djihadiste pour avoir consulté régulièrement des sites d’apologie au terrorisme, activité devenue illégale depuis la loi antiterroriste du 3 juin 2016.

Yannick Loichot, Chartrain de 31 ans converti à l’islam en 2009, a été condamné à deux ans de prison ferme par les juges, alors que le procureur de la République n’en avait réclamé qu’un.

Ce sont les recherches sur internet de l’individu qui ont alerté les services de renseignement. En effet, l’admirateur de Daesh regardait régulièrement des vidéos de décapitations, consultait des sites appelant à commettre des actes terroristes et a effectué des recherches en ligne visant à se procurer des armes.

Le suspect avait également publié sur Facebook un message au contenu menaçant : «Montparnasse, quelle belle tour?! On va lui rendre sa splendeur. Inch’Allah». Il avait ensuite recherché des plans du bâtiment parisien.

Peu après, l’homme a été arrêté, avant d’être redirigé en comparution immédiate vers le tribunal correctionnel.

Les deux ans de prison dont il a écopé constituent la première application en France de la loi du 3 juin «renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale». Celle-ci interdit, sauf dans certains cas précis, la consultation «habituelle» de sites web incitant à commettre des actes terroristes.

Yannick Loichot doit encore être jugé pour apologie du terrorisme, crime pour lequel il risque sept ans de prison supplémentaires.

Lire aussi : Terrorisme, mal incurable ou mode de gouvernance ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales