Calais : les mesures de sécurité drastiques effraient les usagers britanniques du ferry

© Pascal Rossignol Source: Reuters

Alors que des policiers et des militaires ont été mobilisés à Calais pour protéger les traversées en ferry entre la France et le Royaume-Uni, les autorités britanniques s'inquiètent de la possibilité d'un attentat de Daesh à bord d'un navire.

Une source de sécurité supérieure au Royaume-Uni a déclaré au Daily Mirror : «La présence de la police et des soldats près de Calais est très alarmante. C'est une situation inhabituelle.»

«Apparemment, ils sont dans un état d'alerte extrême parce qu'il y a une véritable crainte que des djihadistes puissent monter sur un ferry vers la Grande-Bretagne dans le but d'exécuter des passagers à bord», a déclaré la source. 

«Il est également possible que Daesh considère que les règles de sécurité aient été laxistes ces derniers temps et dans le passé et espère trouver une faille pour que certains de leurs terroristes puissent pénétrer au Royaume-Uni par le ferry», a-t-elle ajouté.

L'unité spéciale des forces d'élite de la Royal Navy, le Special Boat Service, a reçu une formation pour faire face aux éventuels détournements de navire. En novembre dernier, la Royal Navy a publié des photos d'un groupe de Royal marines à bord d'un ferry dans le cadre d'une mission de formation de sauvetage ddans le cas d'un détournement.

Les marines effectuent plusieurs missions de formation chaque année. Selon la compagnie de ferry Caledonian MacBrayne : «Ces exercices ont généralement lieu deux ou trois fois par an et le MV Caledonian Isles présente une plate-forme idéale pour la formation en raison de la hauteur de son pont, ce qui permet aux commandos d'effectuer des simulations à bord d'un grand navire de charge, par exemple, dans le cas des opérations anti-piraterie.»

La société a déclaré que les passagers à bord assistaient à l'exercice dans le calme, étant avertis à l'avance de l'exercice. 

Perturbations exceptionnelles, sécurité primordiale

Le président François Hollande avait annoncé quelques jours auparavant qu'il augmenterait la sécurité armée dans les centres de transport et les zones surpeuplées. Mais le déploiement des forces de sécurité semble avoir effrayé les autorités britanniques.

Pendant que les forces de sécurité sont mobilisées et en état d'alerte élevée sur le sol français, les Britanniques passant par Douvres pour se rendre sur le continent vivent une traversée chaotique, entre afflux de vacanciers et contrôles renforcés de la police aux frontières françaises dans ce contexte de risque d'attentat.

Le port de Douvres constitue en effet le point de passage privilégié des vacanciers britanniques qui prennent le ferry pour traverser la Manche jusqu'à Calais ou Dunkerque, quand ils n'empruntent pas l'Eurotunnel, dont le terminal se trouve à Folkestone, à proximité.

Mais depuis une semaine, les départs en vacances se sont transformés en véritable chemin de croix avec des embouteillages interminables causés par l'afflux d'automobilistes et ces «mesures de sécurité renforcées» du côté de la police aux frontières (PAF) française, selon la police du Kent.

Le gestionnaire du réseau routier, Highways England, a précisé que les contrôles des autorités françaises étaient destinés à assurer un niveau de sécurité satisfaisant «à la suite des récents attentats en France».

Reste que, selon le port de Douvres, le dispositif de la PAF a souffert d'un «grave manque d'effectifs», tandis qu'un député conservateur d'une circonscription locale, Charlie Elphicke, a accusé le gouvernement britannique de ne pas avoir pris la mesure du problème.

«Nous savons que les perturbations ont été exceptionnelles (...) mais la sécurité est primordiale», a rétorqué le ministère britannique de l'Intérieur, ajoutant que les autorités britanniques devaient prêter main forte à leurs homologues françaises.

Côté français, le secrétaire adjoint de la préfecture du Pas-de-Calais, Xavier Czerwinski, a assuré à l'AFP que «le maximum d'effectifs [avaient été] déployés».

«La situation est exceptionnelle car c'est le week-end de grand départ sur le continent pour les Britanniques», a-t-il souligné, invoquant également «le contexte européen et l'état d'urgence prolongé» en France.

«Les agents sont obligés de contrôler tous les véhicules, avec rigueur et exigence», a-t-il dit. En cause également selon lui, la «capacité d'absorption des compagnies maritimes».

Ces problèmes de congestion interviennent alors que le Royaume-Uni s'interroge sur l'avenir de ses frontières après le vote du 23 juin en faveur d'une sortie de l'UE, qui remet en question la libre circulation entre le pays et ses voisins européens.

«Les longues files d'attente à Douvres sont peut-être le premier signe de ce que vivre en dehors de l'Union européenne signifie», notait The Independent dans un éditorial évoquant un «Royaume-Uni encore plus isolé».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales