Une pétition pour remettre la Légion d’honneur à trois «héros» de l’attentat de Nice

© Valery Hache

Ils s’appellent Franck, Gwenaël et Alexandre et ont raconté, après le drame de Nice, avoir tenté en vain d'arrêter la course sanglante du camion. Aujourd’hui, un étudiant dont la sœur est partie rejoindre Daesh en Syrie, réclame qu’on les remercie.

C’est Amine Elbahi, étudiant roubaisien de 20 ans, qui a lancé la pétition en ligne sur le site Change.org afin de faire remettre une Légion d’honneur aux trois hommes. Le succès est pour le moment au rendez-vous puisque près de 4 000 signatures avaient été récoltées le 23 juillet au soir, pour un objectif de 10 000.

 

Se basant sur le témoignage des trois «héros» de Nice aux médias suite à l’attentat, Amine Elbahi, dont la sœur a rejoint les djihadistes en Syrie en 2014, écrit dans la pétition : «Gwenaël a réussi à sauver un homme des échanges de tirs entre le terroriste et les policiers. Il l'a plaqué au sol pour lui éviter de prendre une balle perdue». Alexandre, lui, «a couru après le véhicule, et tenté d'ouvrir la portière à plusieurs reprises, mais le tireur a sorti une arme et a braqué le Niçois».

Pour sa part, «Franck est parvenu à s'agripper au terroriste Mohamed Lahouaiej Bouhlel qui a tenté à plusieurs reprises de le tuer avec une arme à feu», détaille-t-il.

«Avec un ami on a pu envoyer un bouquet de fleurs à Franck, par l'intermédiaire du journaliste qui l'avait interviewé. S'ils ont vent de la pétition ils se manifesteront peut-être», a confié le jeune homme, qui se bat aujourd’hui contre la radicalisation, à l’AFP.

Le soir du 14 juillet après le feu d’artifice, malgré les réflexes héroïques des trois hommes, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a foncé dans la foule en camion, tuant 84 personnes. L’attaque a été revendiquée par le groupe terroriste Daesh. 

Lire aussi : Attentat de Nice : quand un député PS accuse la foule d'être responsable du carnage

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales