Attentat de Nice : cinq éléments surprenants du profil du terroriste

© French Police Source Source: AFP

Alcool, drogues, sexualité débridée... Le profil de l'auteur de la tuerie de Nice que dessinent les témoignages recueillis par les enquêteurs depuis le 14 juillet se révèle plutôt atypique, pour un djihadiste.

Drogue et alcool

Le terroriste responsable de l'attaque au camion du 14 juillet s'était  «radicalisé très rapidement», selon les mots du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Les nombreux témoignages récoltés par les médias et autorités depuis le drame semblent confirmer cette assertion...

Le mode de vie du chauffeur-livreur tunisien de 31 ans, en effet, semblait très éloigné du rigorisme islamiste. Interrogé en Tunisie par l'agence AFP, le père de Mohamed Lahouaiej Bouhlel , qui n'avait toutefois pas eu de contact avec son fils depuis longtemps, a affirmé que son fils ne faisait pas la prière, ne jeûnait pas, buvait de l'alcool et qu'il se droguait même.

Le goût du futur terroriste pour la bière a également été souligné par des membres de l'Association cultuelle de Nice Nord (musulmane), qui assurent également que l'homme ne fréquentait pas la mosquée locale.

Un «frimeur» faisant «le beau» en salle de sport 

Mohamed Bouhlel était également un «frimeur», un «dragueur» un peu «lourd», selon les souvenirs des habitués de la salle de sport de Nice dans laquelle il se rendait régulièrement, jusqu'à il y a deux ans environs. D'autres sources citées par l'AFP ajoutent que le chauffeur-livreur était retourné dans la salle en question pour suivre des cours de salsa, et «venait [...] faire le beau».

Une vie (bi)sexuelle bien remplie

Les efforts du jeune homme en salle de sport semblaient payer : d'après Le Parisien, la police judiciaire a découvert dans son téléphone portable les noms de nombreuses conquêtes féminines... mais aussi masculines. Le quotidien affirme que «la plupart de [ces personnes] ont été auditionnées, et notamment un homme de 73 ans, présenté comme [son] principal amant» !

Mohamed Lahouaiej Bouhlel est décrit, dans ces entretiens menés pas la police, comme un «obsédé sexuel». 

Un goût prononcé pour la violence

Plus inquiétant, Mohamed Lahouaiej Bouhlel s'avérait être un personnage particulièrement violent. Le Tunisien était connu de la justice pour des faits de violences, menaces, vols et dégradations commis au cours des six dernières années. Il avait été condamné à six mois de prison avec sursis en mars 2016 pour violences volontaires avec arme au cours d'une altercation après un accident de la route.

L'homme, en outre, battait sa femme, selon le témoignage d'une voisine à la radio RTL.

Enfin, les policiers ont découvert en exploitant le téléphone du terroriste que celui-ci consultait des sites extrêmement violents, montrant notamment des images d'exécutions.

A lire aussi : A Nice, les fleurs et les hommages côtoient un défouloir à crachats (PHOTOS, VIDEO)

Un joyeux selfie à son frère juste avant le massacre

Dernier élément troublant concernant la personnalité du tueur : celui-ci aurait passé un coup de fil «joyeux» à son frère Jaber aux alentours de 16h, le 14 juillet, a rapporté le journal britannique The Mirror. Il lui aurait ensuite envoyé via Snapchat un selfie de lui-même en compagnie d'amis, dans la station balnéaire niçoise.

Par ailleurs, peu après l'attentat de la Promenade des Anglais, des proches de Mohamed Lahouaiej Bouhlel avaient affirmé que celui-ci souffrait de troubles psychiatriques.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales